Congo Clothing Company, une ligne de vêtements véhiculant la culture RD Congolaise pour soutenir les victimes de viol (Interview)

Logo Congo Clothing compagny
PAR Deskeco - 16 nov 2020 09:42, Dans Startups

 

Milain David Fayulu est le CEO et le fondateur de Congo Clothing Company qui distribue une ligne de vêtements alliant le Jeans à la culture RD Congolaise. A travers ce concept, il utilise la mode comme outil de plaidoyer pour faire avancer le combat pour l’éradication de l’utilisation du viol comme arme de guerre et en même temps accompagner les victimes dans le processus de réhabilitation. Interview.

Propos recueillis par Amédée Mwarabu

DESKECO: Vous venez de lancer Congo Clothing Company dans le but de mettre en exergue la problématique du viol de guerre et d’assister les victimes de la guerre de l’Est de la RDC. Expliquez-nous brièvement ce concept ?

Milain David FayuluIl s’agit d’une marque de vêtement qui allie le denim (jean) à la culture congolaise. Nous nous sommes inspirés des formes géométriques omniprésentes dans le Royaume Kuba qui régnait au 17e siècle dans ce qui est l’actuel Sud-Est de la RDC. D’un point de vue purement esthétique, il s’agit de la rencontre entre deux mondes, Occidental et Congolais. Sur le plan impact, c’est un concept que nous définissons par le terme « Fashion Advocacy », autrement dit, l’utilisation de la mode comme outil de plaidoyer pour faire avancer le combat pour l’éradication de l’utilisation du viol comme arme de guerre, d’une part, ainsi que l’accompagnement des victimes dans le processus de réhabilitation, d’autre part. Notre partenaire sur le terrain est l’hôpital de Panzi du Prix Nobel Denis Mukwege.

Milain

MIlain David Fayulu (à droite) et le prix Nobel de la Paix Denis Mukwege ( à gauche)

Quels sont les objectifs que vous poursuivez à travers ce projet ? Juste l’assistance de ces femmes victimes de la guerre de l’Est ? Vous espérez obtenir quel résultat ?

Nous poursuivons deux objectifs bien précis qui s’inscrivent dans le cadre de la lutte globale contre les violences sexuelles. Premièrement, nous voulons qu’un public jeune, international et souvent désintéressé prenne conscience de l’existence de cette problématique. Deuxièmement, nous croyons en la puissance de l’entreprenariat et de l’outil productif dans les communautés, c’est pourquoi nos fonds sont affectés à l’achat de machines à coudre, afin de donner aux survivantes un moyen de produire. A terme, nous espérons créer une dynamique locale avec des débouchés économiques vers l’extérieur.

Vous soutenez que ce projet est une innovation sociale. En quoi est-ce une innovation sociale ?

C’est une innovation sociale dans le sens où nous opérons un changement de paradigme dans la manière de collecter les fonds. Traditionnellement, cette problématique est l’apanage de grandes institutions internationales ou de fondations qui lèvent de l’argent auprès de généreux donateurs, privés ou étatiques. Ici, nous ne sollicitons pas de dons mais nous proposons à des consommateurs d’acheter un produit qui sort de l’ordinaire et qui raconte une histoire qu’ils seront libre d’amplifier ou non. Pensez « hard power » vs. « soft power ». D’un point de vue psychologique, le consommateur est d’abord attiré (visuellement) par un esthétique (soft). Ensuite, nous lui communiquons une réalité et l’impact potentiel qu’il ou elle peut avoir pour changer le statu quo. Maintenant, opposez ces trois étapes au mécanisme traditionnel qui consiste à susciter une émotion passagère pour obtenir un simple don, qui, lorsqu’il est obtenu n’est souvent le résultat que de la volonté de s’acheter une bonne conscience. Vous constaterez que dans notre cas, le rapport à la problématique est long dans le temps et bien plus profond parce que le consommateur vit avec son achat et il y’a une opportunité de conversation, d’échange, à chaque fois que le produit est porté.

Quelle est votre cible pour écouler les produits que vous fabriquez. Ce sont des Congolais, des Africains ou plutôt des Occidentaux que vous ciblez à travers vos produits ?

Nous ciblons toutes personnes qui sont disposées à dépenser $315 pour avoir une belle jacket en jean qui célèbre la culture congolaise, met en lumière le conflit à l’Est de notre pays, cela tout en contribuant à l’épanouissement d’une survivante de violences sexuelles. C’est une jacket multidimensionnelle d’une certaine manière. Mais pour être plus précis, nos recherches indiquent que le groupe d’âge 20 à 35 ans de grandes métropoles internationales est le plus idéal à cibler. Il représente une grande part, affluente et hautement éduquée des générations Y et Z. Ceci dit, nos jackets n’ont pas d’âge ni de statut social et tout le monde est invité à les acheter, dans la mesure du possible.

Combien avez-vous investi dans ce projet ? Auriez-vous besoin de vous associer à d’autres personnes pour amplifier votre action ?

J’ai personnellement investi plusieurs dizaines de milliers de dollars dans ce projet. Nous sommes ouverts à toute forme de partenariat qui nous permette d’amplifier notre action, à condition qu’il y'ait un alignement stratégique bien entendu.

Dans quel pays Congo Clothing Company est établi ? Avez-vous besoin de vous étendre dans d’autres pays ?

L’entreprise Congo Clothing Company est établie aux États-Unis et pour l’instant nous distribuons nos produits exclusivement sur notre site web, congoclothingco.com. Le e-commerce nous permet de distribuer partout dans le monde mais nous explorons également d’autres modes de distributions.

mannequins jeans

Des mannequins de Congo Clothing Compagny

 
 

Articles similaires