Télécoms : L'Inspection du travail installe une délégation syndicale à Africell

PAR Deskeco - 06 juil 2019, Dans Actualités

Félicitant les nouveaux élus, le directeur général de la société Africell – Rdc a promis d’accompagner cette nouvelle équipe syndicale « tout au long de ce processus de collaboration et de dialogue social ». M. Milad Khairallah sollicite cependant l’implication de l’intersyndicale dans l’encadrement, la formation et les suivis des activités de cette délégation syndicale « dans les limites du temps et des conditions prévues par la législation en matière de travail ».

« J’attire l’attention des partenaires sociaux qui vont nous accompagner dans ce long processus de collaboration, de faire preuve de beaucoup de sens de responsabilité. Africell Rdc c’est notre famille qui a pris naissance ici en Rd Congo en 2012. Donc, il est de notre devoir de mettre à contribution nos efforts, pour sécuriser notre outil de production sans lequel notre trilogie ne peut exister, c’est-à-dire, employeur, travailleur, syndicat et intersyndical », a déclaré le Dg d’Africell Rdc, M. Milad Khairallah.

Le souci étant de hisser Africell au premier rang du monde cellulaire en Rdc

Pour sa part, le président de cette délégation syndicale, M. Robespierre Mbungu a de prime abord exprimé sa gratitude au directeur général de la société « qui a accepté d’accorder à ses employés un cadre d’échanges pour l’épanouissement de notre chère entreprise ». Mais également au ministre de tutelle pour son implication personnelle à l’aboutissement de ce processus, ainsi qu’à toutes les fédérations délégations pour leur accompagnement, sans oublier l’Inspection du travail et les travailleurs d’Africell – Rdc.

« Le syndicat n’est pas un adversaire. Il est à cet effet, une courroie de transmission entre l’employeur et ses employés… En revanche, notre rôle n’est pas uniquement d’être derrière les employés d’une manière non justifiée, mais aussi, quand il le faudra, de faire comprendre à ceux-ci les pertinences qui s’imposent dans l’application absolue de leurs aspirations les plus profondes… Il faut donc de la justice sociale et de l’équité pour trouver un point d’équilibre qui offrira à toutes les parties une part satisfaisante dans le respect et la dignité des uns et des autres, et ce, dans une mesure strictement légale », a-t-il déclaré.

A M. Robespierre Mbungu d’ajouter : « Notre souci majeur est celui de relever ou d’hisser Africell au premier rang du monde cellulaire en République démocratique du Congo, chose possible qu’on peut prouver et approuver. Car Africell est le seul opérateur qui est venu s’implanter et s’imposer dans notre pays pendant qu’il y avait sur terrain tan d’autres opérateurs, parmi lesquels certains pour se faire grand ont dû soit, racheter un ancien opérateur œuvrant déjà au pays, soit se fusionner pour avoir un nombre compétitif d’abonnés ».  

Pour terminer son allocution, le président de la délégation syndicale d’Africell – Rdc a demandé à l’employeur de mettre à la disposition de la délégation syndicale, un local et les moyens nécessaires pour lui permettre de bien fonctionner. « Nous sollicitons également aux différentes organisations syndicales élues de donner le meilleur d’elles-mêmes, notamment dans la formation et leur accompagnement pendant l’exercice de ce mandat. Car, notre dévouement et encadrement au quotidien feront en sorte que les conditions de vie de nos adhérents puissent changer et ce, pour l’intérêt de nos différentes parties réciproques ».

Les délégués syndicaux invités au strict respect de la loi

Quant au représentant de l’intersyndicale, il a rassuré qu’« aujourd’hui, nous pouvons dire que la liberté syndicale garantie par la Constatation de la Rdc et les instruments juridiques nationaux et internationaux est devenue une réalité au sein de l’entreprise Africell – Rdc ». Ce, avant d’exhorter les délégués syndicaux à accomplir leur mission dans le strict respect de la loi, des textes règlementaires et des règlements de l’entreprise.

« Ils doivent s’appuyer chaque fois sur l’expertise de l’intersyndicale en sachant tirer partie de leur savoir-faire afin que les différents problèmes qui seront posés au cours de ce mandat puissent trouver des solutions négociées qui prennent en compte aussi bien les intérêts des travailleurs que ceux de l’entreprise, dans le souci permanent de maintenir le climat de dialogue et de paix sociale », a souligné le représentant de l’intersyndicale.

Auparavant, il a soutenu que « le processus en vue de doter l’entreprise Africell – Rdc d’une délégation syndicale élue des travailleurs a été certes recommandé par l’exigence légale, en l’occurrence l’article 255 de la loi n°015 du 16 octobre 2002 portant Code du travail ainsi que les autres instruments juridiques internationaux, spécialement les conventions n°87 et 98 de l’O.I.T. Mais la volonté de l’employeur qui s’est ouvert à cette exigence a été déterminante dans la mesure où, sans son consentement librement exprimé, cette exigence serait butée à une résistance qui ferait obstacle et retarderait notre implantation dans les conditions normales ».

Poursuivant son speech, il a rappelé à l’employeur que « les bonnes relations professionnelles assurent les bons rapports sociaux entre partenaires. Et qu’elles garantissent la paix sociale dans le respect réciproque des intérêts de toutes les parties, de l’entreprise, des travailleurs, de la délégation syndicale et des syndicats représentés au sein de l’entreprise. Il va soi que l’entreprise puisse songer dès à présent à mettre à la disposition de la délégation syndicale des moyens matériels et financiers et le local (bureau) syndical pour assurer son bon fonctionnement ».

Pour clore son propos, le représentant de l’intersyndicale a affirmé que « Notre présence dans l’entreprise est pour consolider la paix sociale et la mise en place d’un cadre juridique adéquat, notamment l’élaboration, l’examen et la signature d’une convention collective et du règlement intérieur de la délégation syndicale ».

Et comme pour répondre à la préoccupation du directeur générale d’Africell – Rdc, il a assuré la disponibilité de l’intersyndicale pour les conseils, « afin que les 3 années que nous aurons à passer ensemble dans le cadre de ce partenariat, rendent le travail fructueux et fassent prospérer réellement l’entreprise par la discipline au travail que chaque délégué syndical est appelé à promouvoir parmi ses collègues de service ».

Lepetit Baende

Articles similaires