RDC :L’Ambassade d’Angola lance la société Macon-Congo pour le transport Kinshasa-Lufu-Luanda

PAR Deskeco - 06 sep 2019, Dans Actualités

Le président du Comité d’administration de la société Macon-Congo, M. Luis José Ndapuka Maquina, dans son discours lors de la cérémonie de lancement de cette société de transport, a d’abord remercié tous ceux qui ont contribué à la réussite de cet événement. Il a souligné que Macon-Congo S.A., entreprise de droit congolais, démarre déjà dès ce vendredi 06 septembre 2019, ses activités de transport des passagers, avec la sortie des premiers autocars de Kinshasa à destination du poste frontalier de Lufu, faisant aussi Boma, Matadi, Songololo dans la province du Kongo-central, et la ligne Kinshasa – Lufu – Luanda.

Il a souligné que la société anonyme Macon a été créée en 2001, et au fil du temps, elle couvre maintenant toutes les provinces de l’Angola, avec 2.900 travailleurs directs et 500 indirects. Elle compte à ce jour une flotte d’environ 720 autobus et camions. Cette flotte provient de la Chine et du Brésil, a-t-il précisé. En plus du transport des personnes et des marchandises, la société Macon organise d’autres services connexes dont celui du fret et de la location.

« Consolidant le processus d’expansion nationale des activités de la société Macon, ses actionnaires ont délibéré un long processus d’expansion internationale en commençant par les pays voisins, la Namibie, le Congo-Kinshasa, le Congo-Brazzaville et la Zambie… Ce, en donnant l’opportunité d’emplois aux nationaux et en contribuant aux recettes de l’Etat, contribuant dans le domaine des transports et le développement de ces pays frères. La perspective de Macon est de grandir à partir de la Namibie pour s’étendre à d’autres pays de la région. Nous avons déjà fait des visites d’exploration en Zambie, Zimbabwe et Afrique du Sud », a déclaré M. Luis José Ndapuka.

A savoir, l’Angola partage une vaste frontière commune avec la République démocratique du Congo. Les deux pays partagent des liens d’amitié et de fraternité entre les deux peuples au niveau de la frontière. Les échanges commerciaux sont très attractifs et prometteurs, a-t-il indiqué.

« Notre ambition avec la création de Macon-Congo et avec la permission des autorités du Ministère des Transports et Communication, c’est de contribuer au transport routier, créer des emplois pour des Congolais, répondre aux besoins des populations, contribuer au développement du pays. Macon-Congo veut également être un grand contributeur pour l’Etat en tant que l’un des grandes sociétés des transports en Rdc », a ajouté le Pca de Macon-Congo.

Il rassure aussi que sa société offre des bonnes conditions de voyage, du confort, de la sécurité. « Macon-Congo réserve un excellent service à ses passagers congolais et aux populations de la région de la SADC. Le standard de service à offrir à Kinshasa et à travers la Rdc est le même en vigueur en Angola et en Namibie ».

Le soutien de la RDC attendu

Poursuivant son speech, il a fait savoir que Macon-Congo a investi 1.500.000 dollars américains pour l’implantation de cette société en République démocratique du Congo. Ces investissements déjà réalisés pourraient être augmentés, a-t-il dit. Et de souligner que d’ici à la fin de cette année, Macon-Congo compte augmenter sa flotte pour atteindre un total de 18 autobus.

Enfin, le Pca de la société Macon demande aux autorités nationales et du Kongo-central, d’offrir des terrains à son entreprise pour la construction  de ses bases. Ce, en vue de réaliser si peu, un terminal interprovincial de Kinshasa comme celui de Luanda. Cette demande de soutenir Macon-Congo par les autorités congolaises a été également entérinée par le chargé d’affaires de l’Ambassade d’Angola en Rdc, M. Alberto Cabongo, dans son mot de circonstance.

Avant de procéder au lancement officiel des activités de Macon-Congo, le secrétaire général aux Transports, M. Mbangula, a salué ce projet de Macon-Congo qui, selon lui, permet la mise en œuvre de l’intégration régionale dans la sous-région de la SADC. Puisque maintenant, la Trans-Kalahari relie les pays à partir de la Zambie jusqu’en République démocratique du Congo. Il y a quelques années, cela n’était pas possible, a-t-il dit.

Pour lui, Macon-Congo vient de concrétiser un volet important de l’intégration régionale prônée par la SADC, celui de la mobilité des personnes. Ainsi, il a rassuré que le Gouvernement congolais est prêt à accompagner la société Macon-Congo dans le but de concrétiser l’intégration régionale.

Lepetit Baende

 
 

Articles similaires