RDC : La Banque centrale veut plafonner à 10 000 USD les transactions en espèce en dollar

PAR Deskeco - 01 avr 2019, Dans Actualités

La Banque centrale du Congo (BCC) compte fixer à 10 000 USD le plafond de toutes les transactions en devise étrangère  sur le territoire national. Cette mesure rentre dans le projet de la dédollarisation de l’économie congolaise afin de lutter contre « le risque blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme », selon le gouverneur de l’Institut d’émission.

« Nous allons très rapidement modifier certaines réglementations de change pour amorcer la dédollarisation de notre économie. La dollarisation a augmenté. Nous sommes à un taux pratiquement de 90% de dépôts en devise dans notre système bancaire contre seulement 10% en francs congolais », a déclaré le gouverneur de la Banque centrale, Déogratias Mutombo, au cours de la conférence de presse tenue le 26 mars à l’issue de la deuxième réunion ordinaire du Comité de politique monétaire.  

L’Institut d’émission veut plafonner à 10 000 USD les transactions en monnaie étrangère à tous les agents économiques. « Nous allons imposer la limitation à 10 000 dollars américains pour le montant en espèce à consacrer dans les transactions locales ou à retirer au guichet de banques. Cela va s’imposer à tout le monde. Tout agent économique, qu’il soit public ou privé, international ou étranger, qu’il ait ou pas le statut de diplomate, tout le monde devra respecter cette réglementation. Notre objectif c’est de réduire l’ampleur de la circulation fiduciaire en monnaie étrangère dans l’économie qui expose l’économie au risque de blanchiment, au risque de financement du terrorisme. Il faut que cette image disparaisse de notre économie », a dit Déogratias Mutombo.

Cependant, pour matérialiser cette nouvelle règlementation la banque centrale va mettre à contribution aussi bien le système national de paiement automatisé que la mise en circulation d’une carte bancaire nationale multidevise utilisable partout au monde. « Nous allons prendre des mesures incitatives d’encadrement en adaptant notre système national de paiement.  Nous avons déjà lancé notre système de paiement en monnaie étrangère pour les transactions locales. Il n’est plus nécessaire de faire des transactions en espèce ou en billet. Ça ne demande même pas 48 heures pour le faire. Dans quelques heures voire quelques minutes, la transaction est faite par notre système de transfert automatisé. Donc, C’est déjà une solution. C’est pourquoi je dis que nous allons adapter notre système national de paiement en conformité avec le système bancaire local. Il faut qu’il s’adapte à la règlementation internationale en rapport avec les bonnes pratiques internationales en matière de paiement international », a-t-il soutenu.

« Dans le programme d’harmonisation de notre système national de paiement, nous comptons mettre en circulation la carte bancaire au début du second semestre de cette année. C’est aussi une adaptation de notre système national de paiement à la règlementation internationale. Il ne faut pas que demain les gens se plaignent du franc congolais en disant que les billets à mettre en poche sont nombreux. J’ai seulement besoin de mettre un billet en dollar. Non. On dira que vous avez la carte bancaire pour faire les transactions partout sur le territoire national. Et la même carte sera multidevise et utilisable partout au monde, au Japon, en Australie. Vous allez faire le paiement dans ces monnaies nationales de ces pays là », a ajouté le patron de la BCC.

Selon le gouverneur de la BCC, cela va se faire « en corollaire avec la mise en œuvre de la nouvelle règlementation prudentielle quantitative et qualitative au niveau des établissements de crédit » qui est en train d’être implémenté.

 

Amédée MK

 
 

Articles similaires