RDC : Ivanhoe déterminée à faire du projet Kamoa-Kakula la 2ème plus grande mine de cuivre au monde

PAR Deskeco - 25 avr 2019, Dans Actualités

La société canadienne Ivanhoe est l’auteur de l’exploration et de la mise en valeur des mines souterraines dans les gisements Kakula et Kamoa dans la province de Lualaba. Kamoa-Kakula est la plus grande découverte de cuivre à haute teneur d’Afrique découverte dans une extension de la Ceinture de cuivre d’Afrique centrale qui n’était pas connue auparavant.

« Le projet Kamoa-Kakula tend à devenir, à partir de sa douzième année d’exploitation, la deuxième plus grande mine de cuivre en production au monde », fait savoir le ministère des Mines qui livre cette information.

Selon les experts, avec un record annuel de 740.000 tonnes, le projet Kamoa-Kakula devancera, en volume, les mines Grasberg (Indonésie) et OyuTolgoi (Mongolie).

« La compagnie détentrice du projet, Ivanhoe Mines a publié une évaluation économique préliminaire d’un projet d’expansion censé porter la capacité de traitement à 18 millions de tonnes par an. Ivanhoe compte développer une mine de 6 millions de tonnes par an à Kakula, suivie de deux autres mines de même capacité à Kansoko et Kakula Ouest », renseigne la même source.

« Dans sa projection, la production annuelle moyenne sur les dix premières années d’opération devrait atteindre 386.000 tonnes l’an. Quant au coût de l’opération, il faudra un capital initial de 1,1 milliard USD pour développer la mine de Kakula. Les flux de trésorerie qui résulteront de l’exploitation de ce premier gisement serviront à financer les expansions de Kansoko et Kakula Ouest, ainsi qu’une fonderie », indique le ministère congolais des Mines.

« C'est un très grand gisement de cuivre stratiforme, proche de la surface, stratiforme, avec des zones d'exploration potentielles adjacentes dans la ceinture de cuivre d'Afrique centrale, à environ 25 kilomètres à l'ouest de la ville de Kolwezi et à environ 270 kilomètres à l'ouest de la capitale provinciale de Lubumbashi », indique Ivanhoe.

En février 2019, Ivanhoe Mines a annoncé les résultats positifs d'une étude de préfaisabilité indépendante (PFS) pour le développement de la mine de cuivre de Kakula et d'une évaluation économique préliminaire mise à jour et élargie pour le plan de développement global des mines de cuivre de Kamoa et de Kakula.

Le projet de cuivre Kamoa-Kakula  est une coentreprise entre Ivanhoe Mines (39,6%), Zijin Mining Group (39,6%), Crystal River Global Limited (0,8%) et le gouvernement de la RDC (20%). Ce projet a été classé par le consultant international en exploitation minière Wood Mackenzie, comme la plus grande découverte de cuivre à haute teneur non développée au monde.

Notons que la plus grande mine de cuivre actuellement en production au monde est la mine Escondida, exploitée au Chili par BHP et Rio Tinto.

Le secteur minier congolais a contribué, pour l’exercice 2018, à 1,57 milliard USD aux recettes publiques, selon les sources du ministère des Finances.

Au regard des statistiques, la production de cuivre a augmenté en 2018 atteignant 1,2 million de tonnes. Il en est de même pour la production de cobalt qui a été aussi en hausse, totalisant 106.439 tonnes et celle de l’or de 22,6% soit 28.539 kg.

« Contrairement aux revenus du secteur minier qui ont presque doublé en 2018, ceux du secteur des hydrocarbures ont chuté de 19% pour s’établir à 165,6 millions de dollars », selon le ministère des Mines.

Ivanhoe Mines est une société minière canadienne axée sur l'avancement de ses trois principaux projets en Afrique australe: le développement de nouvelles mines de cuivre Kamoa-Kakula (Lualaba) en RDC ; la découverte Platreef de platine-palladium-nickel-cuivre-or en Afrique du Sud; et le vaste réaménagement et la modernisation de la mine historique de zinc-cuivre-germanium-argent de Kipushi (Haut-Katanga), également en RDC.

Amédée MK

Articles similaires