RDC :Félix Tshisekedi tarde à prendre une décision sur la réduction du train de vie des institutions publiques

PAR Deskeco - 11 oct 2019, Dans Actualités

Le gouvernement s'apprête à déposer au parlement le projet de budget 2020. Selon les informations communiquées par l'Exécutif, la prochaine loi des finances reste modeste face aux défis de développement du grand Congo, soit environ 7,0 milliards USD.
A (Re) : https://deskeco.com/rdcces-niches-economiques-qui-rapportent-des-milliards-de-dollars-aux-pays-voisins/

Présenter un budget de cette taille signifie que le gouvernement n'est pas ambitieux pour chercher les moyens de sa politique dans un pays où le Produit national brut avoisine 50 milliards USD et où la pression fiscale n'est que de 9% contre une moyenne africaine de 20%.

Non seulement le gouvernement ne sait pas maximiser les revenus publics mais aussi ne fait rien pour réduire le train de vie des institutions publiques et particulièrement politiques. Bien au contraire, ce sont les institutions politiques qui se caractérisent par des dépassements budgétaires alors que les ministères pro-pauvres ne consomment que moyennement leurs crédits budgétaires. La présidence de la République a consommé 137 millions USD durant les 8 premiers mois de l'année. Quant aux aux autres institutions, la Primature a déjà consommé  26 millions USD, l'assemblée nationale 80 millions USD, le Sénat 22 millions USD.

A (Re) lire : https://deskeco.com/rdc-apres-la-presidence-la-primature-en-depassement-budgetaire-sur-les-depenses-engagees/

Depuis son investiture, le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, n'a pris aucune mesure pour réduire le train de vie des institutions publiques. De même, malgré les protestations de la société civile appelant à l'annulation pure et simple du décret Tshibala accordant une retraite dorée aux anciens membres du gouvernement, le chef de l'Etat est resté indifférent.

A (re) lire :https://deskeco.com/rdc-indemnites-voitures-voyages-et-plusieurs-autres-avantages-aux-anciens-membres-du-gouvernement-le-decret-de-la-discorde-signe-par-tshibala/

Tout ceci résonne comme un paradoxe face au projet de société du président de la République qui se décline bien dans le slogan "le peuple d’abord". Visiblement, le président de la République n'aura les moyens pour répondre significativement aux besoins des populations. Cependant, il laisse les institutions politiques absorber des millions de dollars des revenus publics.

Amédée MK 

Articles similaires