RDC:Ces niches économiques  qui rapportent des milliards de dollars aux pays voisins

PAR Deskeco - 04 juin 2019, Dans Actualités

Le pétrole du plateau continental

L’Angola tirent depuis des années des revenus considérables de l'exploitation du pétrole dans le plateau continental de la RDC au large de l'océan Atlantique, dans la partie Ouest du pays. C'est depuis le 11 mai 2009 que la RDC a déposé une requête sur la délimitation de ses frontières maritimes aux nations unies plus précisément à la Commission des limites du plateau continental. La RDC s'était plaint de  l'occupation de fait par l'Angola de son plateau continental sur la côte congolaise, en violation de la convention de Montego Bay. Depuis, personne ne suit ce dossier alors que l'Angola continue à pomper le pétrole générant des milliards de dollars.

La pêche industrielle dans les eaux internationales

Dans la partie Ouest toujours, la RDC reste incapable d'exercer la pêche industrielle dans les eaux internationales ouvertes à tous les pays du monde. C'est ici où se pêchent tous les poissons surgelés que les Congolais consomment dans les grandes villes, Kinshasa et autres, par importation. En laissant, cette activité aux mains principalement des étrangers, la RDC laisse ainsi des milliards de dollars qu'elle pouvait aussi exploiter ne serait ce que pour la ration des militaires, policiers et autres fonctionnaires de l'État.

La RDC n'a pas un seul bateau de pêche industrielle à mettre ni dans le plateau continental encore moins dans les eaux internationales comme les font la plupart des pays du monde pour la pêche. Des poissons chinchards qui coûtent presque rien en Namibie, coûtent les yeux de la tête sur le marché Congolais. 30 kg de chinchards coûtent aujourd'hui environ 75 USD alors que ça coûtait 30 USD il y a dix ans sur le marché de Kinshasa.

Au Nord-est, l'Ouganda est très avancé dans le projet d'exploitation du pétrole dans le bassin du lac Albert, même nappe commune avec la RDC dans le Graben Albertine. Le gouvernement ougandais espère gagner 1,5 milliard de dollars par an grâce à l’exploitation pétrolière, provenant notamment des taxes, des royalties ainsi que de la part de 15 % des bénéfices auxquels il devrait avoir droit en vertu d’un accord passé en 2009 avec Total, Tullow et CNOOC. Alors que, du côté Congolais, on en est encore aux études d'exploration pétrolière.

Le gaz méthane du lac Kivu

Au Centre-Est, le Rwanda s'active produire et commercialiser le gaz méthane du lac Kivu que la RDC partage avec ce pays frontalier. "Le Rwanda a annoncé avoir signé avec la société Gasmeth Energy un contrat de 400 millions de dollars pour la production de gaz en bouteille à partir du méthane contenu dans le lac Kivu, qui sépare le pays de la République démocratique du Congo (RDC), rapportent plusieurs médias. Gasmeth Energy, une société à capitaux américains, nigérians et rwandais, va financer, construire et gérer une usine d’extraction, de traitement et de compression du gaz pour vendre du méthane sur le marché local et à l’étranger", rapportait le média en ligne belge La Libre Afrique. Du côté Congolais, toujours on est au niveau des études de faisabilité et de prospection. Le lac Kivu contient 60 km 3 de méthane dissous et 300 km 3 de gaz carbonique (CO2).

Le Parc des Virunga

De même, la RDC partage avec le Rwanda et l'Ouganda le Parc des Virunga. Ce Parc héberge des animaux qui font courir les touristes :  les gorilles de montagne. L'Ouganda et le Rwanda, dans leurs parcs respectifs (Parc national Queen Elizabeth et Parc national des Volcans), ont déjà fait des milliards de dollars à la suite du tourisme qui marche bien dans ce deux pays à cause de la paix qui y règne. En Ouganda, le tourisme est le premier secteur économique. Au Rwanda, entre 2004 et 2014, le nombre des touristes est passé de 25 000 à presque 1 million de personnes.

Pendant ce temps, depuis vingt ans des armes ne cessent de crépiter dans le Parc des Virunga du côté Congolais, faisant même fuir périodiquement des espèces vers le Rwanda et l'Ouganda. En conséquence, le tourisme dans le Parc des Virunga reste faible alors que les deux pays voisins font des très bonnes recettes chez eux pour les mêmes animaux du reste en petite quantité.

 

Les forêts du Bassin du Congo

Tout autant, la RDC partage le même Bassin du Congo avec plusieurs pays de l'Afrique centrale. La RDC héberge même près de 60 % des forêts du Bassin du Congo. Cependant, la production du bois reste faible depuis deux décennies. Alors que le pays peut produire jusqu'à 10 millions de mètres cube, selon la norme environnementale, la production de la RDC tourne toujours autour de 300 000 mètre cube annuellement. Pourtant, depuis 2000 la production moyenne des grumes dans les pays du Bassin du Congo est estimée à 7,5 millions de mètres cube. Donc, la RDC produit à peine 5%  de la production moyenne des pays du Bassin du Congo. Un paradoxe.

Le pétrole du plateau continental, les forêts du Bassin du Congo, le gaz méthane du lac Kivu, le tourisme en berne dans le Parc des Virunga, sont autant de niches économiques que la RDC devrait déjà exploiter pour augmenter ses revenus pour son développement. Cependant, toutes ces ressources profitent seulement aux pays voisins. S'agit-il d'un complot ou simplement de la distraction ? Dossier à suivre.

Amédée MK.

Articles similaires