RDC: Comprendre les enjeux autour de l’augmentation du prix des biens et services

PAR Deskeco - 02 avr 2018, Dans Actualités

Le prix du carburant a augmenté depuis le 18 mars dernier aux stations services dans la zone ouest de la RDC. Parti de 1810 Francs congolais le litre, l’essence revient à 1890 FC à la pompe,  tandis que le gasoil est à 1880 FC contre 1800 FC il y a peu.

Une semaine après le carburant, le prix du pain a également été revu à la hausse à 300 FC soit une augmentation de plus au moins 50 % pour la petite baguette qui se vendait à  200 FC. La hausse du prix de cet aliment de base consommé par la majorité de la population de Kinshasa a suscité beaucoup de réactions.

«  Moi, je mange du pain presque chaque jour. C’est vraiment regrettable qu’on se réveille le matin et constate que le prix de pain  a augmenté de 100 FC. Dans ce pays il y a-t-il des lois ou pas ? Comment les sociétés de panification peuvent prendre de manière unilatérale une telle décision sachant que le pain est un produit aussi sensible que le carburant parce que consommé par une grande partie de la population ? Nous constatons que tout ce qui se passe dans ce pays n’est pas au profit de la population », s’est inquiété un habitant de la commune de Kintambo.

Autre inquiétude est celle liée à l’augmentation du prix du carburant. Les chauffeurs de taxi n’hésitent pas à faire de courses de petit trajet appelées communément “demi terrain” à Kinshasa.  Pour ces transporteurs, le prix de la course doit être revu à la hausse étant donné que depuis janvier le carburant a augmenté de 160 FC soit 9,24 %, le prix initial au début de l’année étant à 1730 FC le litre.

Comment expliquer la hausse de prix de ces biens de première nécessité ?

Tout d’abord il faut noter la hausse de prix des différentes matières premières au niveau international. Le cobalt, le cuivre et même le baril du pétrole se confortent au niveau du marché mondial. Le Pétrole est passé de moins de 45 $ USD le baril il y a quelques mois à plus de 65 $ USD actuellement.  Le Riz et le blé ont aussi augmenté de prix.

A Kinshasa, le prix d’un sac de froment est passé de 48 000 FC à 62 000 FC soit une augmentation de 29, 16 %.

Selon l’Institut National de la Statistique l’inflation a atteint en cumul 2,681% au niveau national et 2,694% à Kinshasa et l’inflation annualisée se situe à 12,149% au niveau national et 12,209% à Kinshasa.

Une situation qui montre une certaine  instabilité des prix des biens et services depuis début janvier 2018.

Le gouvernement a prévu un  taux moyen de 1813,4 FC pour 1 $ USD à la fin de l’année 2018.  Ce qui signifie en d’autres termes qu’il y aura une dépréciation de la monnaie locale par rapport au dollar américain avec risque de voir les prix des biens et services être revu à la hausse.

Quelques réactions

Le ministre de l’économie a demandé aux usines de panification de revenir au prix initial de 200 FC pour une baguette afin de poursuivre les négociations sur base de leur structure des prix. Une décision non respectée par la société «  Pain Victoire » au départ qui justifiait sa position par le souci de “vider ses anciens stocks”. Une raison qui ne tient pas parce que le pain est préparé au quotidien.

« Le problème n'est pas aussi simple. Selon le gouvernement, nous sommes une économie de marché où les prix ne sont pas fixés par les pouvoirs publics. Si le gouvernement doit être concret en subventionnant directement les sociétés de panification (fournitures d'intrants, exemptions d'impôts, etc.) En a-t-il les moyens ? », avait réagi un internaute sur twitter.

Le gouvernement subventionne les sociétés des transports en l’occurence Transco, Trans-Kin, SNCC en carburant. Une situation qui permet aujourd’hui de maintenir les prix de transport en commun au même niveau malgré la hausse du prix du carburant à la pompe.

Willy Akonda Lomanga/ desk Eco

Articles similaires