RDC : AVZ Minerals projette de produire 300.000 tonnes/an du carbonate de lithium dans le Manono

PAR Deskeco - 20 fév 2019, Dans Actualités

Fin novembre 2018, la société AVZ Minerals, partenaire de la Cominiere (entreprise minière publique créée sur les cendres de l’ex-Zairetain), avait déclaré une réserve de 6,6 millions de tonnes de lithium sur le gisement de Manono, dans l’ex province du Katanga, encore en cours d’exploration. Avec cette annonce, la RDC devrait se classer au 2ème rang des pays détenteurs de cette ressource, juste après le Chili (7 millions de tonnes de réserve).

L'expert du SECTEUR minier M. Léonide Mupepele, partant de cette nouvelle donne, est arrivé à la conclusion que très bientôt, la Rd Congo sera comptée parmi les plus gros producteurs de lithium au monde. Cependant, sa préoccupation c’est de savoir si le pays est-il prêt aujourd’hui à s’assumer comme première puissance mondiale du lithium.

Dans son analyse, il signale que contrairement à la majorité de gisements dans le monde où le lithium est extrait des saumures (lacs salés), la particularité du lithium congolais, c’est qu’il se présente sous forme d’un minéral appelé « spodumène », qu’on retrouve en association avec la cassitérite (minerai d’étain) et la colombo-tantalite, dans une roche métamorphique d’origine magmatique, appelée pegmatite. Voilà pourquoi, explique-t-il, AVZ Minerals a annoncé, dans la foulée, la découverte conjointe de substantielles réserves de 300 mille tonnes de cassitérite et de 13,2 mille tonnes de coltan.

L’expert minier Léonide Mupepele note aussi, outre AVZ Minerals, deux autres projets de Force Commodities en Joint-venture avec Cominiere pour l’un et avec MMR pour l’autre, sont en pleine exploration sur les sites de Kitotolo et de Kanuka, situés plus au Sud, dans le prolongement de la même pegmatite, avec de premiers résultats encourageants, confirmant formellement l’extension de la minéralisation mise en évidence au Nord de la pegmatite par AVZ Minerals.

Avec ces trois projets au total, estime-t-il, le district de Manono est appelé à devenir le plus grand réservoir mondial de lithium, avec vocation de se transformer en premier pool minier et industriel de production de lithium au monde. Mais, sa préoccupation est celle de savoir comment le pays devrait se préparer à accompagner ces projets de manière à assurer un impact maximal sur l’économie nationale.

« Déjà, AVZ Minerals projette de construire au Congo une méga-usine d’une capacité annuelle de 300.000 tonnes/an de carbonate de lithium, alors que la production mondiale de ce matériau est actuellement d’environ 285.000 tonnes/an. La compagnie congolaise va ainsi doubler la capacité mondiale de production de carbonate de lithium, propulsant de ce fait la Rd Congo en position de leader du marché mondial du lithium », a-t-il indiqué.

Augmenter l'offre énergétique

Au prix actuel de 13.000 usd/tonne de carbonate de lithium, le chiffre d’affaires attendu est de 4 milliards Usd/an ; ce qui ferait d’AVZ Minerals, le plus gros projet minier du Congo, a affirmé l’expert Mupepele. « Mais au-delà de la rente minière escomptée de l’exploitation du lithium et des actions sociales de développement en faveur des riverains prévues dans le cadre des plans sociaux et environnementaux, l’objectif fondamental du Gouvernement devrait être de faire recycler dans l’économie domestique le maximum d’argent sur la quotité des chiffres d’affaires que les entreprises minières devront consacrer à l’achat des services et intrants », conseille-t-il.

Et de renchérir : « Outre l’offre énergétique qui risque de s’avérer insuffisante (la puissance installée de la CHE ex-Zairetain de Pania-Muanga n’est que de 28 MW, alors que les besoins de la future zone pourraient se situer au-delà de 100 Mw), et l’importante problématique des voies de transport pour les exportations minières et l’approvisionnement, le Gouvernement devrait penser à la création d’une ceinture industrielle visant à produire localement les intrants et services nécessaires au bon fonctionnement des mines ».

Pour lui, l’objectif étant de réduire au maximum les besoins des sociétés minières en importation des intrants de manière à faire bénéficier aux riverains une quotité maximale sur la part des chiffres d’affaires que ces sociétés consentiront à leurs dépenses de fonctionnement.

Lepetit Baende

 
 

Articles similaires