RDC :Après les aéroports de Brazzaville, de Malabo et de Lome, le chinois WIETC va construire l’aérogare de N’djili

PAR Deskeco - 02 mai 2018, Dans Actualités

Joseph Kabila a lancé ce jeudi 2 mai 2018 les travaux de construction de la nouvelle aérogare de N’djili. Les travaux doivent être exécutés pendant 36 mois et coûteront 364,9 millions de dollars USD. C’est une entreprise chinoise qui se chargera de la construction de cet ouvrage.

Le vice-premier ministre et ministre des Transports et voies de communication a affirmé dans son allocution que c’est l’entreprise chinoise, WEIHAI International Economic and Technical Cooperative (WIETC) qui a la charge de construire la nouvelle aérogare de N’djili.  Pour José Makila le gouvernement a déjà déboursé 20 millions de dollars USD pour le début immédiat des travaux.

« La société anonyme WEITEC est implantée dans plusieurs pays au monde. Notamment au Japon, en Allemagne, en Indonésie, en Guinée Equatoriale, au Togo, au Mozambique au Kenya, en République du Congo et en RDC. Elle a réalisée plus de 450 projets avec un chiffre d’affaires de plus de 4 milliards de dollars américains en Afrique, en Asie, en Amérique du sud, notamment la construction des immeubles de logement sociaux, des infrastructures ferroviaires, des aéroports, des réseau d’adduction d’eau », a affirmé son représentant lors de cette cérémonie.  

WEIHAI International Economic and Technical Cooperative (WIETC) a également construit certains ouvrages aéroportuaires comme l’aéroport international de Maya Maya de Brazzaville, l’aéroport de Lomé au Togo et celui de Malabo en Guinée Equatoriale.

En RDC, cette entreprise a aussi construit l'hôtel du gouvernement appelé aussi immeuble intelligent, le siège d’Ecobank et deux écoles sino-congolaises à Kisangani (Tshopo).

Établi en janvier 1989, Weihai international économique et technique coopérative Cie., Ltd (WIETC) est une entreprise globale approuvée pour fonctionner par le ministère chinois du commerce. Avec 30 ans de développement, l'entreprise a progressivement formé son modèle d'exploitation transnationale où plusieurs industries, telles que la construction d'ingénierie, le service de main-d'œuvre, le service d'expédition, le développement immobilier, l'exploitation des ressources minérales, le service logistique et autres,  se développer harmonieusement ensemble.

Willy Akonda Lomanga/ Desk eco.

 
 

Articles similaires