RDC : Après avoir été cité dans une affaire de disparition de 15 millions USD, Vital Kamerhe interdit une nouvelle mission de contrôle de l’Inspection Générale des Finances

PAR Deskeco - 30 aoû 2019, Dans Actualités

Ce courrier est une réponse à la demande du Ministre des finances, d’une séance de travail avec le Directeur du trésor et d’ordonnancement avec l’Inspecteur Général des Finance.

« Monsieur le président de la république, Chef de l’Etat et moi-même, n’avons aucunement autorisé une quelconque mission de contrôle. L’Inspection Générale des finances étant placée sous l’autorité de la Présidence de la république, il est ainsi clair que cette fameuse mission est nulle et de nul effet. L’Inspection générale des finances, qui me lit en copie, est enjoint d’arrêter, dès réception de la présente, cette mission », se déchaîne Vital Kamerhe.

 

Pour Georges Kapiamba, Président de l’ONG ACAJ (Association congolaise pour l’accès à la justice), c’est un ordre manifestement illégal et réputé non existant. ACAJ désapprouve par ailleurs ce courrier, car elle entrave l’audit de l’Inspection Générale des finances à la demande de l’Agence nationale de renseignement (ANR), sur les décaissements des fonds publics.

Depuis le 21 août 2019, l’Inspection Générale des Finances (IGF) a débuté une mission de contrôle de la gestion des comptes publics de la période comprise entre janvier jusqu’à ces jours, c’est-à-dire dès l’entrée en fonction du Président de la République, Félix Tshisekedi jusqu’aujourd’hui, à la demande de l’Agence Nationale des Renseignements.

Pour rappel, la première mission de contrôle effectuée par l’inspection générale des finances, en juillet 2019, sur le paiement des pertes et manques à gagner des sociétés pétrolières, avait mis en cause plusieurs personnalités pour mauvaise gestion de fonds publics, dont Vital Kamerhe. La mission avait renseigné la perte d’environ 15 millions USD de bonus de l’Etat, au terme d’une opération de remboursement de la créance de 100 millions USD, par le trésor public aux sociétés pétrolières. Cela pour compenser le manque à gagner des sociétés pétrolières réclamés résultant du gel des prix des produits pétroliers par le Gouvernement entre 2017 à juillet 2019.

Il faut noter que le décret de 2003 modifiant et complétant l’ordonnance-loi du 17 septembre 1987, portant création de l’Inspection Générale des Finances place cette institution supérieure de contrôle des finances publiques sous l’autorité du Président de la République. Depuis 2015, les organisations de la société civile œuvrant dans le secteur des finances publiques ont toujours sollicité son détachement pour des raisons d’indépendance et d’efficacité. Cette interdiction est une occasion pour le Législateur de créer des mécanismes favorisant l’indépendance de l’Inspection Générale des finances pour éviter tout entrave à son bon fonctionnement.

VM Goffman

Articles similaires