Pas d’alternatives en perspective pour le remplacement des bus Transco et des emballages en plastique au 30 juin

PAR Deskeco - 26 juin 2018, Dans Actualités

Le Premier ministre Bruno Tshibala avait  signé une série d’arrêtés portant interdiction de fabrication, important et utilisation des matières en plastique au 30 juin 2018. Au même moment en cette date les 498 bus de l’entreprise Transport du Congo (Transco) seront déclarés amortis, cinq ans après leur mise en service. Sur ces deux dossiers, aucune alternative  n’est jusque-là proposée.

Le premier ministre a signé le 30 décembre dernier un décret fixant la date limite pour l’exploitation des matières en plastiques au 30 juin 2018 dans l’ensemble du pays. A quatre jours de la fin de l’ultimatum, aucune solution de rechange n’est encore rendue publique ni par le gouvernement national à travers les ministères de l’Economie et de l’Industrie encore moins par les opérateurs économiques. Contacté à ce sujet par DESKECO.COM, le ministre d’Etat en charge de l’économie indique que tout sera déterminé au premier juillet si ces mesures seront respectées ou pas.

« Les opérateurs économiques se sont réunis et je penses qu’ils ont aussi pris des mesures pour les solutions de remplacement. Quant à nous, nous allons seulement faire le constat le premier juillet 2018 pour voir si ces mesures ont été respectées ou pas. Les opérateurs économiques sont appelés à respecter cette décision parce qu’est une mesure qui a été prise conjointement avec eux. Et c’est au premier juillet que nous n’allons descendre sur terrain pour savoir réellement ce qui s’est fait » a affirmé le ministre Kapika.

Pour sa part le ministre du Commerce extérieur contacté à ce sujet par DESKECO.COM promet de se prononcer sur les décisions prises sur les importations de manière générale dans les heures qui suivent.

Concernant les Bus Transco qui seront officiellement déclarés amortis à la même date du 30 juin 2018, il n’y a pas non plus de communication du gouvernement ni des autorités de cette société publique de transport en commun de la capitale.

Mais un responsable de Transco, qui a requis l’anonymat, a affirmé à DESKECO.CO que les dossiers sur les accords signés avec différents partenaires se trouvent encore sur la table du ministre des Transports José Makila.

L’utilisation des matières en plastique et le dossier sur ces bus de transport en commun sont deux dossiers importants qui risquent d’avoir des conséquences économiques graves dans la ville de Kinshasa et même dans l’ensemble du pays.

Willy Akonda Lomanga/ Desk Eco

Articles similaires