« One Planet Summit » : une opportunité pour la Rdc de mobiliser des financements

PAR Deskeco - 15 mar 2019, Dans Actualités

Dans sa carrure du deuxième poumon mondial (pour la biodiversité) après le Brésil, la République démocratique du Congo a été représentée au plus haut niveau à la troisième édition du sommet climatique « One summit planet » qui s'est tenu à Nairobi au Kenya, par le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Le Chef de l’Etat congolais est intervenu le jeudi 14 mars autour du thème « Investir dans l'une des plus grandes richesses africaines: la protection de la nature ».

« One Planet Summit » est une plateforme d'engagement lancée à l'initiative du Président Français, Emmanuel Macron, en vue de relever le défi du changement climatique. Et ça fait bien longtemps que la Rdc n’ait pas été représenté au plus haut niveau à ces genres de sommet. Ce qui augure une nouvelle ère, espère-t-on.

Ce sommet vise notamment à débloquer des financements en faveur de la lutte contre le changement climatique. Pour l’ambassadeur Tosy Panu-Panu, le principal négociateur congolais pour la convention climat des Nations-Unies et administrateur honoraire du Fonds vert pour le climat, ce sommet de Nairobi permet à la Rdc de réitérer ses engagements visant la réduction des émissions des gaz à effets de serres (GES).

Selon lui, la Rdc peut ainsi espérer mobiliser énormément d’argent en marge du « One summit planet », qui se tient pour la première fois sur le continent africain.

« Cette thématique environnementale devient une thématique centrale qui ne peut être ignorée par personne. Cette appropriation comme elle a commencé à la base, et monter jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, c’est une bonne chose que le Chef de l’Etat y prenne part. Je pense que c’est une opportunité de réitérer les engagements que la Rdc a pris lors de l’adoption de l’Accord de Paris en 2015, lors de la signature de cet accord en 2016 et lors de sa ratification en 2017, qui vise à réduire les émissions des GES de 2 % entre 2020 et 2030. La Rdc peut espérer mobiliser énormément d’argent. Mais pour pouvoir absorber d’argent, pour pouvoir créer une demande crédible, la Rdc se doit en amont, de préparer des projets, des programmes qui soient cohérents, qui soient crédibles, qui soient bancables », a-t-il confié à la radio Top Congo, faisant ainsi allusion à des projets verts qui pourraient être au menu d’un entretien bilatéral sur place entre les Présidents Félix Tshisekedi et Emmanuel Macron.

La Rdc éligible aux ressources financières de l’Accord de Paris

Il sied de rappeler qu’en 2017, la Rdc avait ratifié l’Accord de Paris en vertu de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), signé à New-York le 22 avril 2016. En autorisant la ratification de l’« Accord de Paris », la Rdc avait directement traduit sa ferme détermination à accélérer son entrée en vigueur et à contribuer à la riposte internationale pour la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

A cet effet, la Rdc a soumis sa contribution nationale prévue déterminée au titre de la CCNUCC, et est devenue éligible aux ressources financières fournies aux pays en développement dans le cadre de la mise en œuvre de l’« Accord de Paris ». Ce, au regard du rôle que ses écosystèmes forestiers, sa biodiversité, ses ressources hydrauliques et agricoles jouent pour les efforts de croissance, de lutte contre la pauvreté et de réduction des gaz à effet de serres.

La République démocratique du Congo est un pays très stratégique et très important dans cette recherche de solutions au changement climatique, étant au cœur des forêts du bassin du Congo (deuxième poumon écologique mondial après l’Amazonie au Brésil), dont elle possède à elle seule, plus de 60% de la superficie. Aussi, les forêts occupent 66,5 % du territoire de la Rdc (2.345.000 Km² de superficie).

Coffre-fort de la biodiversité mondiale et régulateur du climat subsaharien, la Rdc à elle seule représente 7% du potentiel REDD (Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts) mondial. Voilà pourquoi, à cette 3ème édition du sommet, la Rdc a témoigné de son immense richesse écologique, et son importance cruciale pour l’équilibre climatique mondial.

Lepetit Baende

Articles similaires