L'économie numérique africaine va exploser (Experts)

PAR Deskeco - 18 mai 2019, Dans Actualités

La clé de cet effort sera la connectivité, les données, la numérisation et l'innovation, entre autres, ont entendu les participants à la conférence.

«L’Afrique peut réaliser un marché unique numérique ... C’est un voyage et nous devons le diviser en plusieurs éléments réalisables», a déclaré Pierre Guislain, vice-président de la Banque africaine de développement, Secteur des infrastructures et de l’industrialisation, ajoutant que l’Union européenne avait démontré que cela pouvait être réalisé.

Ouvrant officiellement le sommet de l'économie numérique du continent dans la capitale rwandaise, le président Paul Kagame a qualifié la tâche de faire progresser le programme de l'économie numérique en Afrique «une responsabilité panafricaine».

Les Africains doivent prendre conscience de «l'ampleur et la portée de notre responsabilité dans la réalisation de l'agenda numérique qui soutient l'agenda de développement plus large», a déclaré Kagame à l'auditorium bondé lors de la deuxième journée du sommet Transform Africa qui se tiendra au centre de conférence de Kigali.

Les chefs d'État africains, Uhuru Kenyatta du Kenya et Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, ont appuyé l'appel de Kagame à soutenir l'agenda numérique africain avec un environnement favorable - ressources, politiques, partenariat et action. «Nous devons saisir les opportunités du nouveau marché», a déclaré le président Keita.

Loin d’être à la traîne, l’Afrique est à la pointe de l’innovation dans l’espace numérique, a déclaré Kenyatta, citant en exemple la plate-forme d’argent mobile extrêmement réussie de Mpesa. Selon Kenyatta, le Kenya a vu près de 97% de sa population accéder aux services financiers.

Plus tôt le mercredi 15 mai, le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, avait eu des entretiens à huis clos avec le président Kagame sur les relations de la Banque avec le Rwanda.

En 2018, la Banque a consenti un prêt de 30 millions de dollars au gouvernement du Rwanda pour la création du Fonds d'innovation du Rwanda. Le fonds investira dans des projets de développement axés sur la technologie en Afrique et le gouvernement rwandais investira 8 millions de dollars supplémentaires dans un pool d’assistance technique afin de développer de nouvelles activités.

Les startups numériques de la finance, de l'agriculture et du commerce transforment le visage de l'économie numérique africaine. De l'argent mobile au commerce électronique, l'Afrique commence à entrer dans le jeu. Mais pour que cela se traduise par de plus grands avantages, l'amélioration de la connectivité devra être une priorité.

Pierre Guislain, vice-président de la Banque, a présidé mercredi une réunion du groupe de travail UE-UA sur l'économie numérique (DETF) avec la ministre ghanéenne de la Communication et des TIC, Ursulla G. Owusu-Ekuful, l'autre coprésidente. Le groupe de travail, composé de 20 décideurs africains et européens, du secteur privé, d'institutions internationales et de représentants de la société civile, travaille à «faire passer la coopération UE-Afrique à l'ère numérique» en trouvant des moyens de rapprocher l'Europe et l'Afrique afin de tirer des avantages mutuels de la transformation numérique de l'économie et de la société.

La réunion du groupe de travail a été ouverte par le commissaire de l'UA, Amani Abou-Zeid, et la directrice par intérim de la Commission européenne, Lorena Boix Alonso.

«Notre objectif est d'identifier les principales opportunités d'accélération du développement numérique sur le continent et de jeter les bases de partenariats plus approfondis dans le domaine de l'économie numérique dans le cadre de l'Alliance Afrique-Europe pour l'investissement et l'emploi», a déclaré Guislain.

«Les travaux de la DETF offrent une occasion supplémentaire de renforcer notre partenariat avec la Commission européenne et ses États membres afin de développer conjointement des programmes et des projets visant à accélérer la numérisation sur le continent», a déclaré Guislain.

L'ouverture des marchés nationaux, un environnement favorable aux entreprises ayant la capacité et la vision de fournir des biens et des services dans toute la région, et un financement seront nécessaires pour assurer le maintien de cet élan.

Guislain a également participé en tant que représentant de la Banque africaine de développement à une réunion du conseil de Smart Africa présidée par le président Kagame.

Le rôle de l'économie numérique dans l'accélération de l'intégration régionale et continentale, le développement d'un marché numérique unique en Afrique, l'harmonisation de cadres politiques et réglementaires favorables, y compris la mobilité de la main-d'œuvre et des données, figurent parmi les principaux sujets abordés lors du Sommet de cette année.

Le sommet de cette année s'intitule « Dynamiser l'économie numérique africaine». Il a pour objectif de présenter les réussites de l'économie numérique africaine et de promouvoir les entreprises, les innovations, les solutions et les partenariats développés dans le pays.

AFDB

 
 

Articles similaires