Joseph Kokonyangi suggère que le Coltan soit classé « métal hautement stratégique » en Rdc

PAR Deskeco - 12 juin 2019, Dans Actualités

L’acteur politique Dr Joseph Kokonyangi Witanene, en sa qualité de professeur de géologie, minéralogie et géochronologie, vient de publier une analyse récente sur le coltan. « La colombo-tantalite (Coltan) de la Rdc: Stratégies à adopter pour ce métal « ultra stratégique » à l’économie » c’est l’intitulé de ladite analyse qu’il a présentée en termes d’un « message à la République ».

« La croissance vertigineuse des besoins mondiaux en métaux rares, couplée au développement de l’industrie électronique et de communication (NTIC), la technologie des superalliages dans le domaine de l’aéronautique civile et militaire, de microprocesseurs et capaciteurs, ouvrent des nouvelles perspectives devant motiver l’attention particulière que doivent porter les autorités congolaises dans le domaine minier », énonce-t-il dans son introduction.

Un minerai en plein boom

Il explique d’abord selon lui que « la colombo-tantalite » (Coltan) un métal gris très recherché de ces deux dernières décennies, et qui est au cœur des conflits économiques dans le monde des affaires, particulièrement en Afrique subsaharienne et plus précisément en République démocratique du Congo. De ce métal est extrait  le tantale (Ta) utilisé dans les fabrications diverses de haute technologie, a-t-il dit.

Il poursuit : « La Rdc ignore qu'elle tient entre ses mains le sort de la haute technologie mondiale. Le tantale extrait de la colombo-tantalite est utilisé pour la fabrication de caméras, des ordinateurs, des consoles de jeux et même des pacemakeurs et équipements médicaux. Les industriels raffolent ses qualités exceptionnelles de conduction et anticorrosion, car ce métal permet d'allonger la durée de vie des batteries de téléphones mobiles et ordinateurs. Le Coltan joue également un rôle prépondérant dans les équipements militaires, les réacteurs des avions, fusées, les satellites et les missiles. Le Coltan intervient aussi dans les applications nucléaires. Le métal est «hautement stratégique», lit-on dans une note du ministère américain de l'intérieur. Il joue aussi un important rôle dans les véhicules à hydrogène et à électriques conçus par les scientifiques pour lutter contre le réchauffement de notre planète ».

Entre 1999 et 2015, la consommation mondiale du Coltan a augmenté de 38%. « C’est ainsi qu’en 2000, le prix de ce métal a connu une flambée spectaculaire et les prévisions actuelles indiquent que le même scénario va se répéter jusqu’en 2025 si l’on tient compte de l’état actuel de l’évolution technologique du monde », soutient-il.

Il affirme qu’en l’an 2000, la console de jeux multimédia PlayStation 2, signée Sony International, a connu un tel succès qu'elle a fait passer en quelques mois le prix du coltan (l’élément essentiel pour le fonctionnement de la PlayStation 2) de 60 à 1.000 dollars américains le kilogramme. Selon lui, les prévisions actuelles indiquent que, malgré le ralentissement de la croissance de l’économie mondiale, on estime la croissance de consommation mondiale de coltan entre 10 et 20% l’an.

La Rdc détient 80 % de la réserve mondiale du Coltan

Le prof Joseph Kokonyangi informe aussi que le Canada produit du tantale en petite quantité dans la mine Tanco de Manitoba, une filiale de l'américaine CABOT. L'Australie et le Brésil produisent aussi du Coltan, mais sa quantité et qualité ne peuvent répondre à la demande mondiale en pleine croissance. Tandis que le continent africain à lui seul détient 85% de réserve mondiale de Coltan, dont plus de 80 % enfoui dans le sous-sol de la Rdc.

« Il est donc urgent que notre pays imagine des stratégies appropriées pour permettre  à la nation congolaise et son peuple de tirer profit de ce métal précieux du boom économique mondial », a déclaré ce député national et ministre honoraire.

Pour lui, deux questions méritent d’être posées à ce sujet. D’abord, malgré ses réserves spectaculaires en Coltan, pourquoi la Rdc ne comprend pas qu’elle est en train de rater ce boum économique du siècle? Et pourquoi la Rdc traîne les pieds pour développer des stratégies idoines pour valoriser ce métal précieux parmi les plus recherchés de la planète?

Pour y répondre, il démontre que « l’exportation du Coltan de la Rdc passe tellement par des intermédiaires que les statistiques sont irrétractables. C’est pour cette raison que la plupart des multinationales se méfient d’acheter le Coltan directement de la Rdc qu’elles considèrent que le métal proviendrait des sources conflictuelles; des bandes armées. Ces multinationales préfèrent utiliser le Coltan des sources "tractables" comme l’Australie, le Canada quand bien même les quantités produites par ces pays ne peuvent jamais répondre aux besoins technologiques du monde ».

Et de renchérir que des grands consommateurs du coltan comme Kemet (le géant américain fabricant des capaciteurs), Stark (une filiale de Bayer), Sony, Samsung, Nokia, Cabot, Toshiba, Panasonic, etc…exigent aux fournisseurs des documents certifiant que le Coltan qu’ils leur proposent ne provient pas de la Rdc.

« Voilà pourquoi le Rwanda devient grand producteur mondial de ce métal précieux en provenance de la Rdc », fustige Joseph Kokonyangi dans son « message à la République ». Il ajoute que le Coltan fait l'objet des convoitises. Ce qui explique, selon lui, le pillage impitoyable à l’Est de de la Rdc.

« Là, c'est le désordre, le far West parfois orchestré par des originaires. La région est livrée aux bandes armées et aux pillards venus de tous les coins du monde. Des tronçons des routes sont devenus des aérodromes pour le transport des minerais. Dans l’entretemps, les intermédiaires se multiplient pour flouer les vraies origines du Coltan congolais qui finit tout de même par arriver à leurs destinations », s’indigne l’élu du territoire de Pangi dans la province du Maniema.

 

Il confirme à cet effet que des cargaisons congolaises transitent soit par le Rwanda, soit par la Tanzanie vers l'Europe (particulièrement la Belgique); par le Kazakhstan ou encore la Thaïlande, la Chine. De là, le Coltan congolais est renvoyé vers les end-users (Europe, Japon, Usa) sous d’autres labels. « Ceci constitue un véritable manque à gagner pour l’économie de notre pays », a-t-il déclaré.

Des taxes du Coltan échappent à la Rdc

D’après cette analyse du député Kokonyangi, l’exportation frauduleuse du Coltan permet aux « aigrefins » d'éviter les taxes dues à la Rdc et s’accaparer de sa valeur ajoutée. Etant donné que c'est la transformation du Coltan et sa séparation du niobium qui permettent de faire décoller le prix du kilo de tantale et du niobium au profit du pays.

« Bien plus, le Coltan de la Rdc a une composition chimique spéciale, car, en plus du tantale, il contient du niobium souvent exporté gratuitement. Dans les gisements de Kisengo dans le Tanganyilka, par exemple, sort du Coltant titrant jusqu’à plus de 50 % de niobium, un métal précieux dans le domaine militaire. Mais le Niobium quitte le pays sans contrepartie. Comme si ceci ne suffisait pas, le Coltan de Walikale et Manono contient jusqu’à 0,7 % de rhénium, parfois même 1%. Pour information, le Rhénium est un métal facilement récupérable et est parmi les 5 métaux les plus onéreux de la planète. Sa valeur sur le marché oscille entre 9800 et 11.000 Usd le kilogramme », a renchérit ce professeur de géologie, minéralogie et géochronologie.

Le ministre honoraire Joseph Kokonyangi fait savoir également que le Gouvernement américain ainsi que les Nations-Unies se penchent avec insistance sur le dossier du Coltan de la Rdc. Et que le département de la Défense des Etats-Unis vient de déclarer le Coltan « métal hautement stratégique de la planète ».

Lepetit Baende

 
 

Articles similaires