Ituri : Le programme quinquennal de Jean Bamanisa chiffré à 775,21 millions USD 

PAR Deskeco - 13 juil 2019, Dans Actualités

« Pour parvenir à bien mener nos actions, nous comptons mobiliser les ressources nécessaires pour chacun des quatre piliers afin d’arriver au décollage effectif de notre province », a-t-il déclaré face aux députés provinciaux de l’Ituri. S’agissant du premier pilier, a-t-il souligné, cette province compte mobiliser plus ou moins quatre-vingt-treize milliards sept cent vingt-sept millions sept cent cinquante mille Francs congolais (93.727.750.000 Fc), dont 38.431.300.000 Fc venant du gouvernement de la République, 29.544.925.000 Fc des bailleurs de fonds, 15.541.475.000 Fc à mobiliser par la province et les 10.210.050.000 Fc à rechercher.

Ce montant global couvrira notamment quelques actions phares, entre autres l’appui aux services étatiques de maintien de l’ordre public et de la sécurité (FARDC, PNC, ANR et DGM) dans les opérations de pacification des territoires de la province ; aux différents programmes et activités dans le cadre de la prévention des conflits et de la consolidation de la paix ; au fonctionnement des entités territoriales déconcentrées.

Mais aussi, renforcer les capacités des ETD dans la mobilisation des recettes ; renforcer le partenariat Public-Privé au niveau de toutes les entités ; appuyer l’observatoire de lutte contre la corruption ; créer et organiser les directions du budget et du trésor de la province de l’Ituri constituant les services de la chaîne des dépenses publiques provinciales ; améliorer, avec l’appui des partenaires financiers au développement, la capacité de mobilisation des ressources extérieures ; créer, organiser et faire fonctionner la Direction de contrôle et la Cellule pilote de gestion des marchés publics de la province ; prendre des participations dans les entreprises existantes ou à créer…, ainsi que plusieurs autres actions.

« La bonne gouvernance et la restauration de l’autorité de l’Etat constituent la base de la mise en œuvre du programme du gouvernement (provincial de l’Ituri) car elles impactent l’ensemble des actions dans tous les secteurs de la vie provinciale », estime le gouverneur Jean Bamanisa.

Des meilleures conditions économiques

Dans son deuxième pilier consacré à la diversité économique et l’accélération de la croissance, le gouvernement provincial de l’Ituri dans son programme quinquennal se veut d’assurer les meilleures conditions socio-économiques à la population de cette province, a-t-il également indiqué.

Et de spécifier que « L’économie de la Province de l’Ituri est particulièrement marquée par l’essor des transactions commerciales internes et transfrontalières, stimulée par le dynamisme des opérateurs économiques locaux. Toutefois, la léthargie constatée du côté de l’administration publique entraîne un ralentissement de la croissance des activités dépeint notamment par le délabrement très prononcé du tissu économique, le faible pouvoir d’achat de la population, la dégradation très prononcée des voies de communication, le vieillissement des plantations et l’abandon des entreprises agricoles suite à l’insécurité ».

« A cela s’ajoutent l’inadéquation entre la production et le besoin en énergie électrique ; la fermeture et la faillite de plusieurs sociétés industrielles, commerciales, bancaires ainsi que des coopératives d’épargne et de crédits ; l’abandon de la pêche industrielle sur le lac Albert ; la détérioration du climat des affaires ; la baisse des activités due aux difficultés d’approvisionnements ; la vétusté de l’outil de production des sociétés industrielles et minières ; l’émergence des réseaux frauduleux et de la contrebande le long des frontières ; la sortie incontrôlée des ressources minières et forestières de la Province ; la pratique de la concurrence déloyale sur le marché intérieur ; etc. », a-t-il renchérit.

Le gouverneur de l’Ituri estime que cet état de choses justifie l’urgence d’organiser très rapidement des états-généraux dans tous les cinq territoires de la province et dans la ville de Bunia, en prélude de la conférence économique de la province de l’Ituri, avec le concours des partenaires au développement.

Dans le cadre de l’aménagement du territoire, Jean Bamanisa a énuméré des grandes ambitions de son gouvernement. Parmi lesquelles, élaborer les plans d’aménagement des entités de la province en conformité avec le plan général d’aménagement ; élaborer un plan directeur d’aménagement des territoires de la province de l’Ituri ; créer un office provincial de logements ; élaborer et amorcer l’exécution d’un programme quinquennal de construction des logements sociaux ; élargir le parc immobilier résidentiel de l’Etat.

Aussi, recouvrer effectivement et régulièrement les 40 % dus à la province par le FONER ainsi que les taxes conventionnelles pour les financements des projets d’entretiens des infrastructures routière ; élaborer les plans directeurs sectoriels de construction des infrastructures publiques en impliquant les ETD ; créer très prochainement des villages modernes dans tous les cinq territoires de la province ; identifier et créer les zones économiques spéciales dans toutes les agglomérations socioéconomiques ainsi que les plates-formes logistiques aux postes frontaliers de la province, notamment à Aru, Kasenyi et Mahagi-port, etc.

Dans le domaine des infrastructures routières, le gouverneur Jean Bamanisa Saïdi promet de veiller à l’entretien permanent des tronçons routiers d’intérêts provincial et local, « tout en finalisant nos lobbyings en cours, pour leur intégration dans les axes routiers du corridor Nord-Est. Aussi, quelques interventions ponctuelles sur les routes nationales notamment la RN4, RN25 et RN27 seront notre préoccupation ».

L’accès facile aux financements du FPI 

Au chapitre de l’agriculture, il s’agira d’assurer le programme de soutien aux producteurs et aux coopératives agricoles en leur facilitant l’accès aux intrants agricoles de qualité (les semences améliorées, les outils aratoires et autres équipements modernes), en encourageant les cultures des filières porteuses telles le haricot, le riz, la pomme de terre, manioc, etc., ainsi que les cultures d’exportation telles le café, le cacao, le tabac, le coton, etc., affirme-t-il.

Au niveau de l’élevage, il dit que l’accent sera particulièrement mis sur l’appui en intrants vétérinaires de qualité et encourager l’industrie agroalimentaire. Et dans le domaine de la pêche, le gouvernement provincial de l’Ituri va veiller au respect de la réglementation en matière de la pêche ; promouvoir la pisciculture et l’aquaculture par l’encadrement des pisciculteurs ; encourager la création des coopératives des pêcheurs ; implanter les chaînes de froid dans les centres de production animale et halieutique.

Et dans le but de propulser l’industrie, le gouverneur Bamanisa promet de créer une agence provinciale de promotion des investissements et de financement ; d’assurer l’accès facile aux financements du Fonds de promotion de l’industrie (FPI) et d’obtenir la contrepartie de la province sur les recettes réalisées par le FPI en province en terme d’investissements.

Dans le domaine des hydrocarbures, la province de l’Ituri s’emploiera, rassure le gouverneur, à encadrer les opérateurs pétroliers dans les activités d’importation, d’entreposage et de commercialisation des produits pétroliers ; identifier et encadrer les revendeurs des produits pétroliers ; acquérir des camions anti incendie ; encourager l’aménagement des parkings publics de stationnement des camions citernes ; encourager la construction des infrastructures de stockage et de distribution des produits pétroliers des indépendants ; et à plaider pour l’exploitation du pétrole du Graben Albertine.

Quant au secteur de l’énergie et de l’eau, le gouvernement provincial de l’Ituri compte élaborer le plan-directeur sur la gestion de l’eau de manière durable ; créer une société de production, de transport et de distribution électrique et une société du portefeuille de la province pour la production et la distribution de l’eau potable; augmenter la capacité de production des barrages et centrales hydroélectriques existants et d’en construire d’autres ; mener diverses actions et impliquer les responsables des ETD dans la politique et la gestion de la desserte en eau potable ; etc.

Création d'une société minière provinciale

Concernant le secteur minier, l’Ituri dans ce programme quinquennal envisage de créer une société provinciale d’exploration, d’exploitation, de traitement et de commercialisation des minerais, et installer une raffinerie d’or à Bunia et encourager l’installation des comptoirs agréés dans ce chef-lieu de la province. Le gouverneur promet de plaider pour l’installation rapide de l’antenne du cadastre minier à Bunia et d’œuvrer pour l’encadrement des coopératives minières.

Dans le domaine du commerce, le gouvernement iturien pense promouvoir et encourager le développement de chambres de commerce, des métiers et de l’artisanat à travers la FEC. Mais aussi, négocier, contrôler et faire le suivi des accords commerciaux interprovinciaux ; contrôler et surveiller les prix des biens et services ; faciliter l’exportation du café, cacao et bois ; identifier et encadrer les petits commerçants transfrontaliers, etc.

Au niveau de l’entreprenariat et artisanat, Jean Bamanisa rassure que son gouvernement s’emploiera à identifier, organiser, encadrer et intégrer l’économie informelle ; et à promouvoir, encadrer et protéger les PME et l’artisanat notamment par la création d’organisation professionnelle.

« L’ensemble de ces actions (diversité économique et l’accélération de la croissance) exige certes d’énormes moyens financiers à mobiliser sur cinq années budgétaires, évalués globalement à un billiard deux cents dix-sept milliards huit-millions trois-cents vingt mille Francs congolais (1.217.008.320.000,00 CDF) dont soixante-quatorze milliards cent-deux millions de Francs congolais (74.102.000.000,00 CDF) déjà acquis dans le cadre du budget annexe ; quatre cents onze milliards huit-cents quatre-vingt-cinq millions cent quarante mille Francs congolais (411.885.140.000,00 CDF) au titre de la participation du pouvoir central ; trois cents soixante-seize milliards cinq-cents six millions deux-cents soixante-deux mille Francs congolais (376.506.262.000,00 CDF) au titre de concours des bailleurs et autres partenaires ; cent quatre-vingt-treize milliards huit-cents trente millions quatre-cents soixante-quatre mille Francs congolais (193.684.464.000,00 CDF) qui seront mobilisés par la province dans le cadre de la restructuration de l’administration financière provinciale ; et cent soixante milliards huit-cents trente millions quatre-cents cinquante-quatre mille Francs congolais (160.830.454.000,00 CDF) qui devront être recherchés », a démontré le n°1 de la province de l’Ituri.

34.888.325.000 Fc destinés au social 

Et pour parvenir à répondre aux besoins sociaux de base de la population de l’Ituri, a-t-il encore précisé plus loin dans son speech, le gouvernement provincial de l’Ituri compte mobiliser plus ou moins 34.888.325.000 Fc dont 277.200.000 Fc du Budget annexe, 11.113.550.000 Fc venant du Gouvernement de la République, 11.596.530.000 Fc des bailleurs de fonds, 8.250.220.000 Fc à mobiliser par la province et les 3.650.825.000 Fc à rechercher.

Il souligne par ailleurs que la province de l’Ituri possède des potentialités énormes pouvant permettre son décollage. « La faune, la flore, le sol et le sous-sol constituent un secteur important qui peut attirer les investisseurs dans la province. A cela s’ajoutent les ressources halieutiques du lac Albert qui méritent d’être protégées au profit de la génération actuelle sans compromettre celles de la génération future », a-t-il déclaré.

Bamanisa explique cependant que nombreux défis restent à relever dans ces différents domaines. Parmi lesquels la déforestation, l’exploitation abusive des ressources, la menace de désertification dans les territoires d’Aru et Mahagi principalement, les effets du changement climatique, le manque d’activités alternatives afin de diminuer la pression sur les ressources naturelles, etc.

« C’est ainsi que notre quatrième pilier du programme de gouvernement provincial de l’Ituri s’articule sur trois secteurs à savoir la conservation de la nature, l’assainissement de l’environnement, et le Tourisme », a-t-il signifié tout en citant des actions prioritaires à mener par son gouvernement provincial.

Et pour parvenir à répondre aux besoins de l’environnement et le changement climatique, a-t-il enfin souligné, le gouvernement provincial de l’Ituri compte mobiliser plus ou moins 8.681.240.000 FC dont 2.537.622.000 Fc venant du Gouvernement de la République, 1.935.371.000 Fc des bailleurs de fonds, 2.824.438.000 Fc à mobiliser par la province et les 1.383.809.000 Fc sont à rechercher.

Lepetit Baende

 
 

Articles similaires