Royaume-Uni-RDC:Un nouveau partenariat au-delà de l’aide (Tribune de Paul Arkwright)

Chargé d'affaires UK en RDC
PAR Deskeco - 23 jan 2020, Dans Actualités

Le 20 janvier dernier, Londres a accueilli le UK-Africa Investment Summit (Sommet Royaume-Uni – Afrique sur l’Investissement). Présidé par le Premier Ministre britannique, ce sommet a réuni des Chefs d’Etat Africains, des Chefs d’entreprises africaines et britanniques ainsi que des organisations internationales, avec l’objectif de promouvoir les opportunités d’investissement en République Démocratique du Congo et dans d’autres pays africains, et renforcer le partenariat avec les nations africaines. Cette rencontre a l’ambition de contribuer à bâtir un avenir plus sûr et plus prospère pour les populations africaines et britanniques, en aidant à mobiliser d’importants investissements nouveaux en vue de créer des emplois et stimuler notre prospérité mutuelle.   

Le président de RDC, Félix Tshisekedi, a personnellement conduit une importante délégation congolaise à ce grand rendez-vous. 

Il est notoirement reconnu que la RDC possède un potentiel économique énorme, étant donné que le pays bénéficie des ressources naturelles abondantes et une masse terrestre de la taille de l'Europe occidentale. La valeur des ressources naturelles estimée à 24 trillions de dollars d'actifs minéraux, 80 millions d'hectares de terres arables, la moitié de l'eau en Afrique et plus de 1 100 minéraux et métaux précieux identifiés donnent à la RDC le potentiel pour devenir l'un des pays les plus riches du continent. Il pourrait être un catalyseur pour la croissance régionale et devenir un marché important d'exportation. En plus, avec la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, et avec environ 68% des réserves mondiales de cobalt – nécessaires à la production des batteries rechargeable et des voitures électriques, la RDC est un partenaire essentiel dans la lutte contre les changements climatiques.

Le Royaume-Uni voudrait construire des partenariats commerciaux et d'investissement mutuellement avantageux avec l’Afrique. À l'heure actuelle, ce continent abrite huit des 15 économies émergentes dans le monde, et la décennie qui commence pourrait bien voir cette proportion augmenter. Le Royaume-Uni veut être un partenaire de choix pour la RDC et construire une relation commerciale et d'investissement à double sens.

Depuis l’indépendance de la RDC, le Royaume-Uni s’est engagé aux côtés du peuple Congolais pour améliorer leurs conditions de vie. Le Royaume-Uni est actuellement le deuxième plus grand bailleur de fonds bilatéral du pays. La coopération britannique soutient notamment les secteurs de la santé, de l’éducation, du développement économique, la réponse humanitaire, les droits humains et du maintien de la paix. Le Royaume-Uni est, cependant, pleinement conscient que l’aide internationale seule n’a jamais assuré le développement économique d’un pays. D’où la nécessité de renforcer les partenariats commerciaux et d'investissement. 

Dans ses différentes interventions, le président Tshisekedi a présenté les secteurs prioritaires pour la diversification de l’économie congolaise, notamment le secteur des énergies renouvelables, de l’agro-industrie et des infrastructures. Pour sa part, le Royaume-Uni a déjà amorcé un soutien en préparant le terrain pour des investissements dans les mini-réseaux solaires avec le lancement du premier appel d'offres international. Ce projet va bénéficier à plus de 21 000 ménages et 2 000 petites entreprises.

Il convient toutefois de relever que le climat des affaires actuel en RDC ne permet pas toujours aux investisseurs intéressés par les opportunités qu’offre la RDC de venir en grand nombre, le pays étant classé 183ème sur 190 pays au dernier classement « Doing Business ». Les défis liés au climat des affaires, au déficit de l’énergie et des infrastructures sont réels. Le président Tshisekedi s’est, pour sa part, engagé devant de nombreux investisseurs à améliorer le climat global des affaires en RDC, et l'Agence Nationale de la Promotion des Investissements (ANAPI) a présenté les réformes en cours et celles que le gouvernement congolais va mettre en œuvre. Et le Royaume-Uni travaille déjà en étroite collaboration avec l’ANAPI pour développer de nouveaux guides d'investissement pour la RDC. 

Comme le président ayant émis le vœu de faire de 2020 une année de l’action, le Royaume-Uni se réjouit de pouvoir accompagner la RDC dans l’atteinte de ses objectifs. Il est fondamental que le Président Tshisekedi et son gouvernement implémentent toutes les réformes nécessaires pour changer le climat d’investissement en RDC, et livrer le changement que la population congolaise veut. C’est seulement avec un réel engagement du gouvernement et des reformes que nous pouvons voir la décennie 2020 être celle du décollage des investissements en RDC.

Paul Arkwright, chargé d’affaires ai de l’ambassade de Grande-Bretagne en RDC. 

 

 
 

Articles similaires