RDC : Le gouvernement appelé à changer de paradigme, créer des richesses plutôt que de lutter contre la pauvreté 

PAR Deskeco - 17 sep 2019, Dans Actualités

Le cri est venu du Parlement de la République. Les présidents de deux chambres ont plaidé pour qu'on cesse de parler de la République démocratique du Congo qu'en termes de potentialités. Il est temps de transformer les immenses potentialités du sol et du sous sol en richesses profitables pour les Congolais.

Depuis la reprise de la coopération structurelle avec la communauté internationale et particulièrement avec les institutions de Bretton Woods, au début des années 2000, les politiques publiques étaient orientées vers la lutte contre la pauvreté. Résultat des courses : échec total. La RDC baigne toujours dans la pauvreté presque pendant deux décennies. Les DSRP 1 et 2 (Document de stratégies pour la réduction de la pauvreté) n'ont jamais obtenu des résultats escomptés en RDC. Ce, malgré l'accompagnement de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

« Le moment est venu de tout faire pour arrêter de parler du Congo en termes de potentialités. Au lieu de lutter contre la pauvreté, allons vers une ambition, l’ambition de créer plus de richesses pour plus des Congolais. Tel est l’esprit et telles sont les prédispositions qui seront ceux des honorables députés nationaux au moment où le Gouvernement de la République nous fera l’honneur de venir déposer son projet de loi de finances de l’exercice 2020 », a clamé la présidente de l’Assemblée nationale, Jennine Mabunda, lors de son allocution à l'occasion de la rentrée parlementaire.

Son collègue du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba, a abordé dans le même sens le lundi 16 septembre lors de son discours solennel à l'ouverture de la session de septembre.

"La lutte du Gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens devra se placer dans la perspective de création des richesses plutôt que de partir du prisme de la pauvreté dont les instruments de définition ne proviennent pas toujours de nos propres statistiques. Pour cela, et comme le programme le voudrait dans son pilier de diversification de l’économie, le soutien aux secteurs productifs s’impose par la contribution au financement des secteurs sociaux à savoir la production alimentaire, l’enseignement, la recherche scientifique et les soins de santé. Il conviendra de ranger en ordre utile les préalables à sa réalisation que sont la sécurité sur le territoire national, l’ordre public et l’organisation de l’administration des Entités Territoriales Décentralisées et des Services publics de l’Etat". 

La balle est désormais dans le camp du gouvernement qui devra déposer prochainement son Projet de budget 2020. Le souhait de tous est que ce budget soit celui qui puisse réellement permettre l'amélioration des conditions de vie des Congolais.

Dès lors, pour la présidente de l’Assemblée nationale, les priorités du gouvernement devraient être :"la lutte contre l’insécurité créée par les groupes armés et terroristes tel qu’ADF à l’Est du pays ; de la relance de l’agriculture ; de la lutte contre le chômage des jeunes ; de l’accès à l’éducation en général et notamment l’effectivité de la gratuité ; de la construction ou réhabilitation des infrastructures et notamment en matière énergétique". 

Les minerais de la RDC représenteraient 24 000 milliards USD. Bien que scandale géologique, la RDC est un des rares pays à vivre le paradoxe d'un peuple pauvre sur un territoire extrêmement riche.

Amédée Mwarabu

 

 

Articles similaires