RDC: Il est important de repenser nos politiques et nos stratégies en matière d’exportations (Jean-Lucien Bussa)

PAR Deskeco - 03 avr 2018, Dans Actualités

Les  ministère du commerce extérieur organise du 02 au 04 avril 2018 les travaux de la table sur la promotion des exportations des produits Congolais. A cette rencontre qui regroupe des acteurs œuvrant dans le domaine économique, les membres du gouvernement central tentent d’éclairer les participants sur la situation actuelle au pays ainsi que les efforts fournis pour relancer les exportations de la RDC.    

Pour le ministre du commerce extérieur Jean Lucien Bussa,  ces assises ont pour rôle d’identifier les contraintes structurelles à la promotion des exportations mais aussi la définition des politiques , stratégies et actions à mener pour faire du commerce Extérieur, l’un des puissant levier de la croissance et du développement socio-économique du pays.

«  La présente table-ronde fait suite aux mesures prises par le gouvernement de la République en août 2017 pour lutter contre la fraude fiscale et douanière, la fraude à l’import et export, la multiplicité des taxes ainsi que la contrebande au niveau des frontières. Elle s’inscrit dans le cadre de la réflexion   en vue de repenser nos politiques et nos stratégies en matière d’exportations. La réflexion portera en outre sur les stratégies à mettre en place afin de réduire la dépendance de la RDC aux importations. »

Pour sa part le ministre de l’économie nationale Joseph Kapika plaide pour la mise en place des actions visant à mettre en valeur l’ensemble de l’espace productif national pour relancer et démarrer l’appareil de production national qui est actuellement affaibli, paralysé et détruit.

« Il est important de soutenir le secteur privé productif en l’occurrence les petites et moyennes entreprises œuvrant dans l’agro-industrie et engagée dans la chaîne de valeur. Et ce à  travers les financements à des conditions concessionnelles. Nous devons aussi investir dans les voies de communications (route, voies ferrées, fluviales et lacustres) pour faciliter et fluidifier les échanges des biens et services afin de permettre l’intégration économique du territoire national et désenclaver ainsi centres de production par l’aménagement des voies d’évacuations ».

En 1950 les secteurs de l’agriculture et de l’industrie contribuaient quasiment à part égal aux recettes en devises, soit respectivement 48,8 % pour l’agriculture et 51,2 % pour l’industrie et en 1959, la contribution respective de ces deux secteurs étaient de 42,8% pour l’agriculture et 57,2 % pour l’industrie.

Et selon les statistiques de l’organisation Mondiale du Commerce de 2014, la structure des exportations de la RDC se présente de la manière suivante : Industrie extractive, 90, 2 % (produits primaire, agriculture 3 % (dont 77 % des produits primaires, la branche manufacturière 4,7% et le secteur des services 2, 1 %.

Les rapports sur la politique monétaire  de la Banque centrale de 2014, 2015 et 2016 démontrent que l’économie congolaise repose essentiellement, depuis quelques années, sur des exportations des matières premières.  

Selon ces rapports, les produits miniers et les hydrocarbures ont contribué en termes d’exportation à l’ordre de 10, 083 milliards dollars USD soit  98,0 % en 2015 et 9,337 milliards USD soit 97,53% en 2016.

Willy Akonda Lomanga / Desk Eco.

 
 

Articles similaires