RDC : Accroissement des réserves de change de 33,75 millions USD en janvier 2019

PAR Deskeco - 25 fév 2019, Dans Actualités

Le Comité de politique monétaire (CPM) a tenu,  le 22 février, sa première réunion ordinaire pour l’année 2019 sous la présidence du gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC), Déogratias Mutombo Mwana Nyembo.

Les données publiées par l’Institut d’émission à l’issue de cette réunion indiquent que les réserves de change de la RDC ont accru, en un seul mois de janvier 2019, de 33,75 millions USD. « En un mois, les réserves de change se sont accrues de 33,75 millions de USD, s’établissant à 913,23 millions de USD à fin janvier, soit 3 semaines d’importation des biens et services », indique le communiqué de la BCC.

A l’issue de cette réunion, la BCC se réjouit notamment de la confiance qui est revenue dans le chef des opérateurs économiques œuvrant en RDC.

« En progression de 0,4 point de pourcentage, la croissance en 2018 situerait à 4,1 %. L’année 2019 devrait s’inscrire dans la même orientation avec une croissance projetée à 5,6 %, tirée par le dynamisme de la branche extractive. Cette tendance serait en ligne avec les anticipations des opérateurs économiques dont le solde brute d’opinions atteste le retour de la confiance au mois de janvier 2019, après quatre mois consécutifs de pessimisme ….Le solde global d’opinions des chefs d’entreprises s’est établi à 6,2 % contre -2,3 % en décembre 2018 », note le communiqué de la Banque centrale du Congo.

Ci-après les indicateurs clés de l’économie congolaise au 31 janvier 2019, tels que communiqués par la Banque centrale du Congo :

Sur le marché des biens et services, il est noté une stabilité des prix en janvier. En effet, l’inflation s’est établie à 0,27 % contre 0,49 % en décembre 2018. En glissement annuel, l’inflation s’est fixée à 5,62 % face à un objectif à moyen terme de 7,0 %.

Au plan des finances publiques, l’exécution des opérations financières de l’Etat indique un déficit de 11,0 milliards de CDF, consécutif à un niveau des recettes de 564,0 milliards de CDF et des dépenses de 575,0 milliards.

Concernant le marché des changes, il demeure relativement stable. A la clôture du mois de janvier, le franc congolais s’est déprécié, à l’interbancaire, de 0,15 % alors qu’au parallèle, il s’est apprécié de 1,03 % par rapport à fin décembre 2018. Ainsi, le taux de change s’est situé à 1.638,0 CDF et 1.658,0 CDF le dollar américain, respectivement à l’indicatif et au parallèle.

S’agissant du secteur monétaire, l’évolution des agrégats monétaires renseigne une hausse mensuelle de la base monétaire de 4,2 %, se chiffrant à 2.639,7 milliards de CDF, expliquée principalement par la hausse des Avoirs intérieurs nets. Cette hausse est localisée dans les comptes courants des banques. Par rapport à fin décembre 2018, le Bon BCC a induit une injection de 20,0 milliards à fin janvier, ramenant son encours à 22,5 milliards de CDF, soit 5,0 milliards à 7 jours et 17,5 milliards à 84 jours. Ce retrait des banques leur a permis de rencontrer la demande de liquidité au sein ‘de l’économie.

Pour ce qui est des perspectives à court terme, le CPM reste confiant quant au maintien de la stabilité macroéconomique. En effet, les prévisions d’inflation indiquent que les objectifs de la politique monétaire sont sous contrôle. Eu égard à ce qui précède, il a été décidé du maintien du dispositif de la politique monétaire.

Ainsi, le taux directeur reste à 14,0 %. Les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme sont maintenus respectivement à 13,0 % et 12,0 % et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 2,0 % et. ° %. Le Bon BCC sera éventuellement utilisé en vue de la régulation courante de la liquidité.

Amédée MK

 
 

Articles similaires