Polémique sur le déficit budgétaire : l'Odep répond au porte-parole du chef de l'État

PAR Deskeco - 13 mai 2019, Dans Actualités

Dans son rapport sur le monitoring citoyen des finances publiques, l'Observatoire de la dépense publique (ODEP) a indexé la présidence de la République qui a fait un dépassement budgétaire de 120 %. Il en est de même de toutes les dépenses des institutions politiques qui ont explosé, selon l'ODEP : Présidence de la République (18 millions USD), Primature (6,1 millions USD), Assemblée Nationale (17,1 millions), Sénat (5,2 millions USD), gouvernorats des provinces et Assemblées provinciales (167,2 millions USD). Dans l’ensemble, les institutions ont coûté environ 213,6 millions USD au trésor public.

“Alors qu’on note l’accroissement des dépenses des institutions du jour au lendemain, celles des secteurs sociaux diminuent. Avec la persistance du déficit budgétaire depuis février 2019, les chances des investissements restent très minces”, fustige le rapport. La réduction de ces dépenses pourrait, selon cette organisation, faciliter la construction des écoles et des hôpitaux, la réhabilitation des routes d’intérêt national, etc.

La conséquence est que l’exécution du budget 2019, pendant la période de janvier-mars, s'est soldée par un déficit budgétaire de 151,1 millions USD. Selon l'ODEP, ce déficit pourrait être même plus élevé d’autant plus que les dépenses publiques n’ont été payées qu'à la hauteur de 42,46% au premier trimestre 2019.

Devant ce tableau sombre fait sur les finances publiques, le tout frais porte-parole du président de la République, Kasongo Mwema Yamba Yamba, a balayé d'un revers de la main les analyses de l'ODEP par un simple tweet, en livrant les états des finances publiques au 30 avril que la Banque centrale du Congo venait de communiquer à la présidence au cours d'une rencontre informelle en début de la semaine passée : " La BCC publie des chiffres pour étouffer une tentative d'intoxication de l'opinion sur l'explosion du budget national... La situation financière est plutôt stable de janvier à avril 2019. Croissance PIB : 5,8%, taux d'inflation 1,4%, taux de change stable, réserves bancaires internationales excédentaires ".

Dans l'entrevue accordée à DESKECO.COM, le président du conseil d'administration de l'ODEP, le professeur Florimond Muteba, est revenu sur ce tweet du porte-parole du chef de l’Etat.

" Il est important que la culture de participation puisse imprégner les agents de l'Etat. Lorsque le porte-parole du chef de l’Etat dit " tentative d'intoxication ", c'est un manque de culture de participation. L'ODEP ne fait que son rôle qu'il joue depuis 8 ans. Même sous l'ancien régime de Joseph Kabila, on n’a jamais qualifié nos travaux de tentative d'intoxication. Nous sommes étonnés que le porte-parole du chef de l'Etat parle d'intoxication alors qu'il s'agit d'un contrôle citoyen de l'action publique que beaucoup nous envient en Afrique. La RDC est un des rares pays où vous avez des organisations comme l'ODEP, dédiées aux finances publiques. L'ODEP est dans le leadership africain en ce qui concerne l'analyse des finances publiques", a réagi le professeur Florimond Muteba. 

Il estime plutôt que la liberté d'opinions des organisations de la société civile devrait être respectée par ce nouveau régime du reste dirigé par un démocrate avéré.

"Je crois que ce sont des choses qu'on ne devra plus jamais entendre. Je crois que certains agents qui ont nouvellement intégré les institutions doivent se donner le temps de s'informer. La plupart des analyses que nous publions, nous les faisons avec les services de l'Etat des ministères du Budget et des Finances. Nous travaillons avec les départements d'études et planification des ministères. Si nous sommes malmenés parce que nous ne pouvons pas exprimer librement nos opinions, c'est très grave. Nous espérons du régime actuel, dirigé par un opposant venant de l'UDPS, qui a fait 37 ans de lutte, que la liberté d'opinions et d'expression des organisations citoyennes sera respectée. Nous pensons que c'est une erreur de langage d'un agent de l'Etat. Nous pensons que cela ne peut pas venir du président Félix Tshisekedi qui est un démocrate avéré et qui hérite des valeurs de son défunt père, Étienne Tshisekedi wa Mulumba. La société civile a beaucoup lutté pour l'alternance démocratique et pour que la constitution ne soit pas modifiée", a ajouté le PCA de l'ODEP.

L’ODEP a été créé le 1er juillet 2011 par un groupe de 12 organisations, soucieuses de promouvoir les finances publiques comme un enjeu de promotion sociale. La vision de l’organisation est de contribuer à la construction d’un Congo basé sur les valeurs universelles de transparence, de redevabilité, de participation citoyenne, de justice et d’équité. Sa mission est de mutualiser les compétences diversifiées des organisations de la société civile dans l’analyse, le plaidoyer, le lobbying et la mobilisation communautaire sur les finances publiques.

Amédée MK

 
 

Articles similaires