La RDC et le Burundi en phase de relancer la CEPGL (Communiqué)

PAR Deskeco - 17 juin 2019, Dans Actualités

Le communiqué conjoint qui a sanctionné la visite  officielle du Chef de l'Etat Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO en terre Burundaise,le vendredi 14 juin, a, entre autre, souligné la nécessité  de relancer les organisations d'intégration régionale et sous régionale dans la promotion et la consolidation de la paix, la sécurité, la stabilité et le développement durable.

En clair, les deux États membres de la CIRGL et de la CEPGL veulent relancer ces deux structures sous régionales.

Grâce à la CIRGL ((Ndlr: conférence internationale pour la région des grands lacs), la RDC a pu surmonter l'instabilité provoquée par le M23.

Des sommets de chefs  d'État ont été organisés et ont abouti à des résolutions pertinentes qui ont permis la mise en déroute des M23.

L'autre résultat de la CIRGL est la certification régionale des substances minérales précieuses particulièrement le Coltan, la cassitérite et le Wolframite, communément appelées les 3T.

On le sait, le financement des groupes armés  passe par l'exploitation illégale des minerais de la RDC.

En ce qui concerne la CEPGL (Ndlr: communauté économique des pays des grands lacs), cette structure sous régionale est quasiment en veilleuse à cause des frictions et méfiance  entre les états membres particulièrement le Rwanda et le Burundi, d'une part, et, d'autre part, la RDC et les deux autres pays après la "guerre d'agression" de 1996 avec l'AFDL et en 1998 avec le RCD/GOMA.

Aujourd'hui la RDC,  avec le Président Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, voudrait récupérer le leadership  sous -régional.

Pour ce qui est de l'intégration de la RDC au sein de l'East African Community, les états membres vont bénéficier de la fluidité de circulation entre les États.

Présentement, la population congolaise très active dans le commerce transfrontalier paie le lourd tribut des frais douaniers.

Ce sont les autres États qui bénéficient des frais payés par la RDC.

La question des visas devrait alléger le fardeau des congolais. En effet, les congolais importent plus qu'ils exportent.

Tout compte fait, le projet d'intégrer la EAC est salutaire pour la RDC  et répond à la vision du Chef de l'Etat Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO qui veut que les intérêts du peuple priment sur tout.

Presse présidentielle

Articles similaires