Kinshasa : les clients de MYGOLDREV se disent victimes d’une « escroquerie en bande organisée »

MYGOLDREV. Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 12 jan 2021 16:21, Dans Entreprises

Quatre mois après la mise sous scellé des locaux de MYGOLDREV, le mardi 27 octobre 2020, par le parquet général de Kinshasa/Matete, sur demande de la Banque Centrale du Congo (BCC), plusieurs clients de cette structure crient à l’escroquerie en bande organisée. Malgré le changement de sa dénomination qui est passée de « MYGOLDREV » à « MYCRYPTOREV », « rien n’a changé », dénoncent les épargnants de cette structure.

De nombreuses personnes à Kinshasa, et bien évidemment des provinces, qui avaient placé de l’argent dans MYGOLDREV n’arrivent pas à effectuer des retraits. Plusieurs conditions leurs sont imposées pour effectuer un simple retrait de leur propre argent investi dans cette structure.

« Ils nous ont demandé de transférer nos comptes dans MYCRYPTOREV. Chose qu’on a faite. Mais à notre grande surprise, au moment de retirer notre propre argent, ils nous obligent d’investir la moitié de l’argent détenu dans nos anciens comptes MYGOLDREV. Chose grave, avant de retirer l’argent, ils nous obligent de donner encore de l’argent pour activer nos comptes MYCRYTOREV. Et l’activation de ce compte exige l’accréditation de la moitié de l’argent détenu dans nos anciens comptes. Si tu ne le fais pas, il n’y a pas moyen de retirer de l’argent », déplore un client de MYGOLDREV.

A en croire un autre client de MYGOLDREV, un moratoire de 90 jours a été donné à ceux qui n’ont pas voulu transférer leurs comptes dans la nouvelle structure MYCRYPTOREV, avant d’effectuer un quelconque retrait d’argent. Mais il reste dubitatif.  

« Pour ceux qui ont refusé de réaliser ce qu’ils nous exigent. Ils ont donné une durée de 90 jours pour effectuer le retrait de l’argent. Mais pour l’instant, nous avons compris qu’il s’agissait d’une escroquerie en bande organisée », dénonce un autre client.

Pour sa part, Jeanine Matondo, une sexagénaire cliente de MYGOLDREV, déplore le laxisme du gouvernement qui a laissé cette structure fonctionner pendant plusieurs mois au pays. Elle affirme avoir perdu 2000 dollars USD.

"Pourquoi le Gouvernement avait permis à MYGOLDREV de s'installer en RDC, s'il savait que les choses allaient mal tourner. Je pense que c'est à cause du Gouvernement qu'on se retrouve dans cette situation", déplore-t-elle. 

Un autre groupe des clients de MYGOLDREV interrogé par DESKECO appelle le Gouvernement à s’imprégner de cette affaire afin de les aider à récupérer de l’argent investi dans cette structure.

Pour rappel, dans une correspondance du Gouverneur Déogratias Mutombo adressée le 05 août au premier ministre Ilunkamba, la Banque centrale du Congo avait appelé le Gouvernement a arrêté les opérations « à issue incertaine » que proposent la structure non agréée "MYGOLDREV", une société pyramidale qui a élu domicile à Kinshasa depuis moins d'une année. A en croire, la BCC, cette société recourt aux techniques de la collecte de l'escroquerie de masse.

« La BCC note que les opérations effectuées par MYGOLDREV sont porteuses de plusieurs risques, notamment, "le risque opérationnel pour manque d'organisation interne efficiente et d'absence de la protection réglementaire pour couvrir les pertes en cas de défaut ou de cessation d'activité, le risque de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme, les risques financiers liés à l'extrême volatilité des bitcoins et autres crypto-actifs ainsi que les risques de cyber-attaque et de vol de cette monnaie virtuelle", indiquait ladite  correspondance de la BCC adressée au premier ministre.

L’Institut d’émission avait aussi demandé aux autorités en ampliation dont le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur, le ministre des Finances et le ministre de la Justice, de notifier aux responsables de cette structure non agréée, l’injonction de cessation immédiate de toutes leurs activités.

Jordan MAYENIKINI

 

 
 

Articles similaires