La RDC parmi les pays devant booster la production mondiale du cuivre de 21,5 millions de tonnes à 27,8 millions de tonnes/an entre 2021 et 2029

ben
PAR Deskeco - 22 déc 2020 09:21, Dans Mines

Un rapport de Fitch Solutions prévoit que la production mondiale des mines de cuivre augmentera d'un taux annuel moyen de 3,7% entre 2021 et 2029, la production totale passant de 21,5 millions à 27,8 millions de tonnes au cours de la même période. La RDC fait partie des pays qui vont booster l’accroissement de la production du cuivre dans le monde au cour de la prochaine décennie.

La Chine et la RDC font partie des pays qui vont booster la production du cuivre dans le monde au cours des dix prochaines années, selon les prévisions de l’agence Fitch.

En Chine, la production de cuivre devrait augmenter à un taux moyen de 1,5% par an entre 2021 et 2029, contre un taux de croissance moyen de 4,6% au cours des 10 dernières années.

L'analyste de marché affirme que ce ralentissement de la croissance de la production sera dû aux fermetures de mines de cuivre à faible teneur et aux expansions programmées retardées de capacité.

Malgré ces perspectives, la production nationale de cuivre devrait être positive à mesure que de nouveaux projets entreront en ligne et que le pays asiatique développera des actifs étrangers pour améliorer la sécurité de ses ressources.

« Les mineurs de cuivre chinois resteront déterminés à investir dans des gisements de cuivre à l'étranger pour garantir l'accès à des matériaux de haute qualité et à faible coût», indique le document de Fitch. «Par exemple, en octobre 2019, Zijin Mining a annoncé qu'elle dépenserait 146 millions de dollars pour accroître sa participation dans Ivanhoe Mining. Cet achat fera de Zijin le deuxième actionnaire de la société qui développe la mine de cuivre de Kamoa-Kakula en République démocratique du Congo. »

Kamoa-Kakula, en revanche, devrait être l'un des principaux contributeurs à la croissance du secteur du cuivre en RDC, dont la production devrait croître de 12% en glissement annuel en 2021, après une contraction de 3,5% en 2020.

La prévision est basée sur le fait qu'en août, Ivanhoe Mines (TSX: IVN) a signalé que le développement de la mine de cuivre de Kakula avait progressé plus tôt que prévu, la société prévoyant d'atteindre le premier concentré de cuivre au T321.

Ce projet et d'autres, ainsi que la production régulière de la mine Tenke Fungurume de China Moly et de la mine Katanga de Glencore (LON: GLEN), sont les fondements de la prédiction de Fitch, qui prend en compte la décision de Glencore de mettre au ralenti la mine de cuivre-cobalt de Mutanda de 2020 à 2022.

Au cours des 10 premiers mois au cours de l'année 2020, l'industrie minière de la RDC a déjà produit 1,322 million de tonnes de cuivre et est en voie, d'ici à la fin de l'année, de battre le record de 1,4 million de tonnes de l'année 2019.

En Amérique du Sud

« Cependant, le retour des travailleurs relèvera la production de cuivre dans la plage normale, que l'entreprise détient à environ 1 200 kt par an en moyenne », indique le rapport. « De plus, en fonction du moment où le projet Spence Growth Option mentionné plus haut commencera finalement la production et pourra atteindre son plein rythme, nous prévoyons qu'il contribuera également positivement à la croissance 2022.»

L'analyste souligne que les prévisions pour le cuivre comptent également sur Lundin Mining (TSX: LUG) pour parvenir à une solution à l'amiable avec ses syndicats chiliens d'ici la fin de l'année et donc sans impact sur la production pour 2021.

Lundin projette la production de la mine de cuivre à Candelaria se situera entre 185 kt et 195 kt en 2021, ce qui est en hausse par rapport aux 142 kt produits en 2019 et devrait être plus élevé que ce qui est produit en 2020.

Selon Fitch, la croissance après 2021 bénéficiera des montées en puissance retardées du projet, comme le projet Quebrada Blanca Phase 2 de Teck Resources, qui devrait commencer la production au cours du second semestre 2022.

Le développement du projet avait été retardé de cinq à deux. six mois en raison de la pandémie de covid-19, mais a depuis redémarré, et la société estime maintenant que la production de cuivre au cours des cinq premières années sera en moyenne de 286 kt par an.

L'ensemble de ces évolutions a conduit Fitch à réviser ses prévisions 2022 et 2023 à respectivement 4% et 3,2% contre 2,9% et 1,9% précédemment.

En ce qui concerne le Pérou, le producteur de cuivre numéro 2 au monde, Fitch Solutions s'attend à ce que ses perspectives de production minière de cuivre rebondissent fortement en 2021, avec une croissance de 20% en glissement annuel, en raison de forts effets de base faible et de la mise en service de nouveaux projets.

Le pays andin compte actuellement 48 projets miniers à différents stades de développement et 54 autres projets d'exploration.

"Le Pérou est à égalité au deuxième rang pour les plus grandes réserves de cuivre du monde à 87 millions de tonnes en 2019, 10% des réserves connues", indique le rapport. «Nous pensons que les investissements chinois joueront un rôle de plus en plus important dans le secteur du cuivre au Pérou. Les mineurs cherchent à diversifier leur chaîne d'approvisionnement pour compenser une consommation intérieure chinoise supérieure à leur offre. »

Selon des informations officielles, le Pérou devrait voir 10,2 milliards de dollars investis dans cinq projets miniers au cours de la prochaine décennie par des entreprises chinoises.

DESKECO avec Mining News Pro

 
 

Articles similaires