Le FMI se félicite du plan d’action du G7 en vue d’aider le monde à sortir de la crise de la pandémie

Kristaline Georgieva
PAR Deskeco - 14 juin 2021 06:35, Dans Analyses

Washington, le 13 juin 2021. Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international, a fait la déclaration ci-après en clôture de sa participation à distance au sommet des chefs d’État du G7 :

« Je tiens à remercier le Premier ministre, Boris Johnson, et les autorités britanniques d’avoir préparé pour ce sommet du G7 un programme tourné vers l’avenir et axé autour des enjeux les plus urgents auxquels notre monde est aujourd’hui confronté.

« Tout d’abord, mettre fin à la pandémie partout dans le monde. Le FMI a déjà mis en garde contre la dangereuse divergence des trajectoires de reprise. Or les dernières données viennent confirmer qu’en plus de se poursuivre, cette tendance est en train de s’aggraver. Avec la Banque mondiale, l’OMS et l’OMC, les services du FMI ont récemment proposé un plan de 50 milliards de dollars destiné à mettre fin à la pandémie en vaccinant au moins 40 % de la population de chaque pays d’ici à la fin de l’année en cours et au moins 60 % d’ici à la mi-2022.

« Le volet le plus urgent de ce plan est la redistribution des doses de vaccins excédentaires des pays avancés vers les pays en développement. Je me félicite de l’engagement pris par le G7 de fournir un milliard de doses au cours de l’année à venir, ce qui apportera une différence notable à la lutte contre la pandémie. Il conviendra ensuite de faire en sorte que les envois de flacons débouchent effectivement sur des injections, essentielles à la reprise, et que les capacités de production soient augmentées afin de se prémunir contre des risques de dégradation.

« Les dernières semaines ont donné lieu à des avancées s’agissant du financement du plan. D’emblée, nous avons insisté sur l’importance fondamentale des dons. Or selon nos estimations, environ un tiers des 35 milliards de dollars de dons nécessaires a été obtenu auprès de sources publiques et privées. Ce chiffre est encourageant mais il reste du travail à accomplir pour lever les fonds restants ainsi que pour veiller à une mise en œuvre transparente et bien coordonnée. Cette guerre n’est pas encore gagnée. C’est pour cette raison qu’avec la Banque mondiale, l’OMS et l’OMC, nous constituons un « état-major » : un groupe de travail chargé de contrôler et d’accélérer la mise en œuvre de ce plan.

« Deuxièmement, à l’heure où le monde émerge de la crise, nous devons rester attentifs aux séquelles de celle-ci et nous employer à les surmonter. Pour construire un avenir meilleur, il sera essentiel de stimuler la productivité et la croissance, de résoudre les problèmes de surendettement et de renforcer les cadres de politique économique. Les dirigeants devront faire des choix difficiles au moment de retirer progressivement les mesures de soutien et il importera de cibler avec soin l’appui aux personnes vulnérables et aux entreprises viables.

« L’accent mis par le G7 sur la nécessité de mieux construire après la pandémie, et en particulier sur la gestion des changements climatiques, est primordial. Je salue l’intention des dirigeants de lancer une nouvelle initiative en faveur de l’énergie verte et propre, destinée à catalyser les investissements dans les infrastructures respectueuses de l’environnement, en particulier dans les pays en développement. Conjugué à des mesures d’incitation à l’investissement, telles que la tarification du carbone et la communication d’informations sur les risques liés au climat, un coup de fouet à l’investissement vert contribuerait non seulement à remédier à la crise climatique, mais accélérerait aussi la croissance et créerait des millions d’emplois nouveaux.

« Pour relever ces défis de l’après-pandémie, les dirigeants devront accroître les recettes afin de financer l’investissement dans l’amélioration des biens publics au service des citoyens. À cet égard, je me félicite de ce que le G7 espère trouver en juillet un accord sur un impôt minimum sur les sociétés à l’échelle mondiale, lors de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20.

« Enfin, je tiens à exprimer ma reconnaissance au G7 pour son appui à une nouvelle allocation de droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI à hauteur de 650 milliards de dollars, une émission d’un montant sans précédent. Cette allocation contribuera à renforcer les réserves mondiales tout en dégageant l’espace nécessaire aux dépenses budgétaires indispensables pour sortir de la pandémie et permettre des reprises plus durables. Les dirigeants se sont également déclarés disposés à en amplifier l’effet, y compris en affectant des DTS et/ou des prêts budgétaires pour concrétiser à l’échelle mondiale une ambition totale de 100 milliards de dollars en faveur des pays les plus vulnérables. Dans les mois à venir, j’étudierai avec nos pays membres les possibilités de matérialiser ensemble cette ambition.

« Ce sommet du G7 a été très riche. Animé par un esprit de coopération internationale ravivé, le G7 redouble d’efforts pour aider le monde à s’extirper de la crise. Je puis vous assurer que le FMI joue le rôle qui est le sien. »

FMI.ORG

 
 

Articles similaires