RDC : "si réellement le chef de l'État veut lutter sincèrement contre la corruption, il faut qu'il agisse très vite dans le dossier TRANSCO", (Florimond Muteba, ODEP)

Odep
PAR Deskeco - 12 oct 2020, Dans Actualités

L'Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) a confirmé sa dénonciation au parquet de Matete ce lundi 12 octobre dans le cadre du dossier "Transco". Le magistrat en charge de ce dossier a sollicité d'autres compléments d'informations qui seront fournis, selon l'ODEP, par les agents de la société Transco.

Au sortir de l'audience avec le magistrat du parquet de Matete, Florimond Muteba, PCA de l'ODEP, accompagné de son équipe d'avocats, a lancé un appel à l'implication du Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, dans ce dossier. Il a demandé à Félix Tshisekedi d'arrêter l'hémorragie de la gabegie financière qui règne au sein de Transco, en suspendant le comité de gestion actuel pour nommer une direction transitoire en attendant que la justice soit rendue sur ce dossier.

"Le Magistrat voulait avoir des précisions sur tout ce qui était écrit dans notre dénonciation mais aussi sur certaines pièces sur lesquelles nous sommes revenus. On a conclu qu'il y a quelques compléments d'informations qui viendront des agents de Transco. Il y a deux choses à retenir. Premièrement, nous et les agents de Transco allons aider le magistrat à approfondir ce dossier jusqu'à ce que la justice soit rendue à la population qui est la première grande victime de la faillite de Transco. Deuxièmement, nous en appelons au Chef de l'Etat à arrêter l'hémorragie de cette gabegie financière en suspendant la direction actuelle de Transco pour nommer une direction transitoire en attendant que la justice soit rendue. Si réellement le Chef de l'Etat veut lutter sincèrement contre la corruption, il faut qu'il agisse très vite dans le dossier Transco. Parce que ce dossier concerne "le peuple d'abord", comme on entend dire", a déclaré Florimond Muteba. 

Pour ce dernier, le Chef de l'Etat doit se positionner derrière la population de Kinshasa, principale victime de la faillite de Transco.

"Il (le chef de l'État) doit montrer qu'il est pour les 12 millions d'habitants de Kinshasa qui sont victimes de la faillite de Transco. Il faut qu'on arrête vite des mesures pour suspendre la direction de Transco", a-t-il dit.

Pour l'ODEP, tous les acteurs impliqués dans la descente aux enfers de la société de transport en commun "Transco" doivent être entendus par la justice congolaise. Cette organisation de la société civile pointe le doigt accusateur à Augustin Matata Ponyo, ancien premier ministre, José Makila Somanda, ancien ministre des transports ainsi que les différents Directeurs généraux de la société Transco, etc. 

"Les choses ne pourraient tarder. Le magistrat est très conscient de l'importance de ce dossier. Nous aimerions d'ailleurs que les autorités aient la même conscience que lui. Il y aura d'autres étapes où les suspects seront convoqués. L'ODEP est contre tous les acteurs qui sont à la base de la descente aux enfers de Transco. On commence par l'ancien premier ministre Matata qui était à la base de la passation de marché de la création de cette entreprise ou alors le ministre qui a précédé José Makila, lui-même, le conseil d'administration et tous les comités de gestion qui se sont suivis. L'ancien Directeur général qui a été suspendu et l'actuel Directeur général qui fait l'intérim ainsi que leur staff, doivent être entendus", a renchéri Florimond Muteba.

Pour rappel, début octobre, l'Observatoire de la Dépense Publique avait déposé devant le parquet général de Matete au moins 130 pièces à conviction pour démontrer la mauvaise gestion au sein de Transco. Plus d’une semaine plus tard, le parquet avait demandé à l’ODEP de confirmer sa dénonciation. Ce qui a été fait ce lundi 12 octobre.

Dans son rapport publié sur Transco, l’ODEP démontre qu’il y a eu détournement des subventions du gouvernement et des recettes par le Directeur Administratif et Financier. L’organisation apporte des preuves sur les allégations des détournements des subventions de carburant, des recettes mobilisées par la société et la location des bus,  des détournements des recettes publicitaires ainsi que la constitution des caisses parallèles. 

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires