RDC:l’Union pour la défense des droits des consommateurs invite le ministre des PT&NTIC à rapporter l'arrêté sur la taxation de la certification des téléphones

téléphone
PAR Deskeco - 27 aoû 2020 14:35, Dans Actualités

L’Union pour la défense des droits des consommateurs du Congo (UDECOM, ASBL) dénonce la redevance annuelle sur la certification des appareils mobiles prise par le ministre des Postes, Télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la Communication (PT&NTIC), indique un communiqué de cette association parvenu à DESKECO.COM.

Au cours d’une adresse à la presse le mercredi 26 août à Kinshasa, le président de l’UDECOM, Chief Tshipamba, cette nouvelle taxe va augmenter le coût d’acquisition du téléphone mobile en République démocratique du Congo.

Cette nouvelle redevance va taxer à 1$ les téléphones 2G et à 7$ les téléphones 3G, 4G et plus. Tous les téléphones anciens et nouveaux seront taxés.

Selon Me Chief Tshipamba, la valeur des téléphones d’occasion va baisser à cause de cette redevance. Pour démontrer ses propos, il soutient « qu’un smartphone acheté 45$ coûtera 52$ la première année. Le posséder pendant 2 ans augmentera le coût de possession à 59$. À la troisième année, il reviendra à 66$. »

A (RE) lire: RDC: le ministre des PT&NTIC va affronter l'hostilité des Congolais face à la nouvelle taxe sur l'enregistrement des téléphones

Cette nouvelle taxe, estime l’UDECOM, ajoute un coût de près de 50% à un téléphone d’entrée de gamme sur 3 ans pendant que sa valeur marchande devrait diminuer au fur et à mesure de son amortissement parce que devenu un téléphone d’occasion.

Cette ASBL qui œuvre pour la défense des droits des consommateurs déplore le fait qu’avec cette nouvelle redevance le coût de possession d’un appareil mobile va constituer un frein à l’inclusion numérique qui reste pourtant une priorité du Chef de l’Etat dans le cadre du Plan numérique qu’il a lancé l’année dernière.

« Le plus choquant avec cette nouvelle redevance, c’est que les smartphones restent encore trop chers pour la plupart des ménages en RD Congo », déplore Me Tshipamba.

Selon une étude, dit-il, 20% des familles les plus pauvres doivent dépenser 19% de leurs revenus annuels pour acquérir un téléphone de base. Entant qu’étant une association de défense des consommateurs, l’UDECOM demande au ministre des PT&NTIC de rapporter son arrêté instituant cette redevance sur la certification des appareils mobiles.

A (RE) lire : RDC: le ministre des PT&NTIC a ignoré la proposition de la GSMA pour un système gratuit d'enregistrement des téléphones

Rappelons que le ministre des PT&NTIC, Augustin Kibassa Maliba, avait pris le 10 juin 2020 un arrêté ministériel portant mise en place d’un registre central d’identification des équipements appelé Registre des appareils mobiles (Ram). Selon le patron des PT&NTIC, cet outil devrait permettre de lutter contre les appareils contrefaits, contre le vol et améliorer la qualité du réseau par la déconnexion des téléphones contrefaits.

Plus concrètement le Ram devra regrouper l’ensemble des numéros IMEI des appareils mobiles connectés sur le réseau de téléphone mobile. Le numéro IMEI, composé de 15 chiffres, constitue le numéro d’identité internationale d’un appareil mobile. Ainsi, chaque appareil mobile sera enregistré dans le RAM moyennant un paiement en 6 tranches d’un droit d’enregistrement IMEI annuel auprès de l’ARPTC.

Il sied de savoir que l’Union pour la Défense des Droits des Consommateurs du Congo a été créée en 2008. Cette ASBL a entre autres missions : - l’aide sociale aux consommateurs démunis et marginalisés pour leur participation au développement de la société ; - La promotion, à la vulgarisation et à la défense des droits des Consommateurs notamment par le droit à l’information, le droit d’être entendu, le droit à la sécurité, le droit de choisir.

L’UDECOM opère sur l’ensemble du territoire national. Elle est déjà implantée à Kinshasa, au Kongo Centrale, dans l’ex Katanga, dans l’ex Bandundu, dans l’espace Kasaï, dans l’ex Equateur.

DESKECO

 
 

Articles similaires