RDC : après la présidence, "Le Congo n'est pas à vendre" saisit la Primature sur le dossier SOKIMO

Ok
PAR Deskeco - 27 fév 2020, Dans Actualités

Le collectif "Le Congo n'est pas à vendre" a déposé ce jeudi 27 février un mémorandum au bureau du Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, pour demander l'annulation de la cession des permis de la SOKIMO à Kodo Resources Sarl.

 « Nous, organisation membres de la société civile impliquées dans la gouvernance des ressources naturelles en République Démocratique du Congo réunies au sein de la campagne « le Congo n’est pas à vendre », dénonçons la cession totale des trois permis d’exploitation appartenant à la Société Minière de Kilo Moto (SOKIMO) en faveur de l’entreprise Kodo Resources en novembre 2019. Il s’agit de permis d’une importante valeur cédés à une société junior inconnue, et ce apparemment en violation de la législation congolaise qui exige un appel d’offre. Pour les motifs détaillés ci-dessous, nous recommandons au gouvernement congolais de procéder à l’annulation de cette transaction afin de préserver le patrimoine aurifère du Congo », peut-on lire dans la lettre accompagnant le mémorandum de ces organisations de la société civile.

Pour "Le Congo n'est pas à vendre", il y a trois raisons pour annuler la session des permis de la SOKIMO : « 1. Cession des gisements importants à une société inconnue ; 2. absence d’appel d’offre. Si l’appel d’offre est recommandé par le Code Minier, il est clairement exigé par le Règlement ; 3. Risque d’arbitrage international. »

Ainsi, au regard de ces trois raisons, ces organisations recommandent : « au Premier Ministre, d’annuler cette transaction ; si nécessaire de céder ces actifs, de procéder aux appels d’offres conformément aux procédures requises par le règlement minier et la loi sur le désengagement de l’Etat ; au Ministère des Mines, de publier incessamment le contrat de cession des permis de SOKIMO à Kodo Resources ». 

Parmi les organisations signataires, il y a African Resource Watch (AFREWATCH), Cadre de Concertation de la société civile de l’Ituri sur les Ressources Naturelles (CdC/RN), Observatoire d'Etudes et d'Appui à la Responsabilité Sociale et Environnementale (OEARSE) ; Resource Matters (RM) ; The Carter Center (TCC). 

Amédée MK 

 
 

Articles similaires