Rentrée scolaire: Pas d’engouement dans les marchés pour l’achat des objets classiques

PAR Deskeco - 31 aoû 2018, Dans Actualités

La rentrée scolaire est maintenue ce lundi 03 septembre. Contrairement aux années précédentes, la préparation en termes d’achat des fournitures scolaire ou des paiements des acomptes des frais scolaires reste timide, cette année.  

L’achat des objets classiques dans les différents marchés de la ville de Kinshasa reste timide. Au grand marché de Kinshasa ou encore au marché de la Liberté situé dans la partie est de la ville, la plupart des vendeurs se plaignent de l’absence des acheteurs malgré leur niveau de stock qui semble élevé, selon eux.

Pour Françoise Bokina, l’une des vendeuses au grand marché, très peu de parents sont venus acheter les uniformes et autres objets pour leurs enfants.

«Nous nous posons la question de savoir si c’est en rapport avec la situation politique liée aux élections que les parents refusent d’acheter les objets classiques pour leurs enfants ou quoi? Depuis le début du mois d’août, nous ne sentons pas d’engouement mais seul une infime minorité de parents ou élevés sont venus s’approvisionner » a –t-elle déclaré.

Quelques parents interrogés par DESKECO.COM estiment que la rentrée scolaire est une charge supplémentaire.

«Moi j’ai 5 enfants et je dois débourser au moins 30 USD comme frais de fournitures scolaires qu’on donne à l’école. C’est-à-dire cahier de communication et journal de classe. Je dois encore donner au moins 50 USD comme acompte avant la rentrée. Ce qui fait déjà 400 USD. Si vous prenez maintenant les uniformes, les ketchs, les cahiers et autres, je dois sortir rien que pour la rentrée scolaire près de 700 USD. Mais mon salaire est moins de 100 USD. Notre souci est de mieux scolariser nos enfants et nous nous battons chaque année pour cela. Je demande simplement au gouvernement de mettre aussi la pression sur les écoles pour qu’elles ne soient pas trop exigeante comme on le constate chaque année », déclare un parent qui a requis l’anonymat.

Certains parents de la ville de Kinshasa sont obligés de débourser entre 200 et 820 USD pour la scolarité d’un seul enfant. Ils sont parfois obligés de dépenser de 3000 USD s’ils ont plusieurs enfants. Selon le constat fait par DESKECO.COM, au-delà des frais scolaires, les écoles exigent également des frais connexes notamment pour la réinscription des élèves dans les classes montantes. Sans compter l’argent que les parents déboursent chaque jour pour le transport et autre bourse.  Une situation qui alourdit l’économie des ménages.

Willy Akonda Lomanga / desk eco

Articles similaires