RDC : Trois propositions pour rentabiliser l'exploitation du coltan (Expert)

PAR Deskeco - 12 juin 2019, Dans Actualités

A en croire ce professeur d’université, « L’intérêt particulier que la communauté internationale affiche sur le Coltan congolais ne doit pas paraître fortuit. Par contre, il doit attirer notre attention. Nous ne devons pas penser un seul instant que la communauté internationale déploie tous ses efforts par amour à notre pays. Elle a certainement un agenda justifié par les vertus hautement stratégiques de ce métal sur la technologie actuelle ».

Ainsi, a-t-il suggéré au Gouvernement de la République trois principales mesures « pour permettre l’Etat et le peuple congolais de profiter réellement du boom économique du siècle ». D’abord classer rigoureusement le Coltan comme « métal hautement stratégique » en Rdc, et que son exportation passe par un screening sérieux et transparent pour garantir les intérêts et l’image du pays vis-à-vis des partenaires.

Il propose en deuxième lieu l’implication directe de l’Etat congolais dans le commerce international du Coltan par la création d’un comptoir d’Etat, afin de rassurer les « end users » que le Coltan congolais est propre. Ce comptoir, s’explique Kokonyangi, devra être chargé d’acheter le Coltan produit artisanalement et l’exporter vers les acheteurs internationaux au nom de la République. « Toutes statistiques faites, ce comptoir d’Etat  peut exporter jusqu’à 3.000 tonnes de Coltan par trimestre », estime-t-il.

En dernier lieu, il suggère qu’après une année d’expérience, que le Gouvernement de la République puisse étendre cet exercice de comptoir d’Etat à d’autres métaux précieux, notamment le wolframite, la cassitérite et l’or. « C’est de cette manière seulement que le sous-sol congolais pourra directement contribuer au budget de l’Etat et au social du peuple congolais », soutient-il.

Lepetit Baende

 
 

Articles similaires