RDC : L’Observatoire de la dépense publique invite Félix Tshisekedi à  être réceptif aux conseils du FMI

PAR Deskeco - 11 mai 2019, Dans Actualités

DESKECO.COM publie ici l’avis de ce haut cadre de l’ODEP sur la mission d’experts du Fonds monétaire international, dont les consultations au titre de l’article 4 des statuts du FMI sont programmées du 22 mai au 4 juin à Kinshasa.

Pour le PCA de l’ODEP, le président de la République, Félix Tshisekedi a intérêt à suivre les conseils que le FMI va donner à la RDC dans le cadre de l’orthodoxie budgétaire notamment.  

De son avis, l’apport de cette institution de Bretton Woods peut aider la RDC à bien gérer ses finances publiques qui ont été caractérisées ces derniers mais par des déficits chroniques avant de renouer, le 30 avril, avec un excédent budgétaire communiqué par la présidence de la République a communiqué.

« Je pense sans conteste que la présence du FMI nous aidera dans la rigueur budgétaire. Le FMI nous donnera des conseils, évidement. Mais il faudrait que ça soit suivi. Tel que je vois la volonté du président Félix Tshisekedi qui a rencontré madame Lagarde à Washington, je crois que si des bons conseils du FMI lui sont donnés, il peut veiller à ce que ça soit appliqué. Je pense qu’il a intérêt à ce que sa gestion soit différente de celle de l’ancien régime que tout le monde a décrié. Pour cela il devra vraiment prendre en compte les conseils du Fonds monétaire international », a déclaré le professeur Florimond Muteba, répondant à la question de savoir si la reprise de la coopération entre la RDC et le FMI pourrait aider au retour de l’orthodoxie dans la gestion des finances publiques en RDC.

Pour autant, le PCA de l’ODEP met en garde le FMI contre ses conseils décriés  jadis par les pays africains consistant à la suppression des postes dans les administrations publiques.

« Mais, nous ne voulons pas de conseils qui vont dans le sens de supprimer l’emploi comme dans les années passées. Que le FMI n’aille plus dans ce sens là. Je pense que le FMI va donner des conseils dans le sens de l’orthodoxie budgétaire. Et, il faut que la RDC les applique. Ainsi Félix Tshisekedi fera la différence avec son prédécesseur », a prévenu le PCA de l’ODEP.

La mission d’experts du FMI attendue à Kinshasa consiste globalement à l’évaluation de la situation macroéconomique du pays. Plus particulièrement, cette mission va être axée sur le renforcement du cadre de gouvernance institutionnelle, sur la mobilisation des ressources intérieures, sur la gestion des finances publiques, la gestion de la dette publique, la gestion des dépenses d’investissement du gouvernement, les dépenses sociales mais également sur le climat des affaires, selon Déogratias Mutombo, gouverneur de la banque centrale du Congo.

L’arrivée de cette mission est la concrétisation de la promesse de la directrice générale du FMI, Christine LAGARDE, faite au président de la République, Félix Tshisekedi, lors de leur rencontre début avril dernier à Washington.

C’est depuis décembre 2012 que le FMI a suspendu son programme économique avec la République démocratique du Congo à la suite de l’opacité dans la gestion des revenus issus du secteur minier.

L’article IV des statuts du FMI stipule que le Fonds « exerce une ferme surveillance sur les politiques de change des États membres et adopte des principes spécifiques pour guider les États membres en ce qui concerne ces politiques ».

L’ODEP a été créée le 01 juillet 2011 par un groupe de 12 organisations, soucieuses de promouvoir les finances publiques comme un enjeu de promotion sociale. La vision de l’organisation est de contribuer à la construction d’un Congo basé sur les valeurs universelles de transparence, de redevabilité, de participation citoyenne, de justice et d’équité. Sa mission est de mutualiser les compétences diversifiées des organisations de la société civile dans l’analyse, le plaidoyer, le lobbying et la mobilisation communautaire sur les finances publiques.

Amédée MK

 

 
 

Articles similaires