RDC :Le Trésor va économiser plus de 6 millions USD par an avec la suppression de 10 000 agents fictifs 

PAR Deskeco - 14 sep 2019, Dans Actualités

La Commission permanente chargée de la certification des résultats des missions de contrôle de la paie et de l'examen des recours des agents et fonctionnaires de l'Etat a organisé, du 9 au 12 septembre à kinshasa, le 3ème atelier de validation des rapports des opérateurs de paie sur les non-identifiés.

Selon le président du Comité de suivi de la paie des agents et fonctionnaires de l'Etat, Jean Louis Kayembe wa Kayembe, plus de 10 000 agents "non-identifiés" ont été détectés dont leur suppression de listings de paie devrait permettre au Trésor d'enregistrer des économies de l'ordre de 10 milliards 800 millions de Franc Congolais, soit 6,18 millions USD, par an.

"L'atelier avait pour objectif d'exploiter les rapports de paie des banques. Ces rapports indiquaient qu'il y avait autour de 10 000 agents qui ne s'étaient jamais présentés au guichet de banque pour percevoir leur salaire. Des agents non identifiés par les services de paie. Tous ces cas ont été examinés par l'atelier. Au terme de travaux de quatre jours, le rapport vient d'être validé par l'atelier que ces personnes n'existent pas et doivent être elagués du système de paie. C'est un travail d'assainissement du fichier de la paie qui vient d'être réalisé et ce travail a permis au Trésor de réaliser des économies de 2 milliards 700 millions de francs congolais par trimestre, soit autour de 10 milliards 800 millions de Franc Congolais par an. C'est l'un des objectifs du Comité de suivi de la paie à savoir maîtriser l'assainissement du fichier paie et maîtriser, par ricochet, la masse salariale", a dit Jean Louis Kayembe, président du Comité de suivi de la paie et Directeur général de la Banque centrale du Congo, faisant le point sur ces assises.

Plus précisément, il a été établi, à l'issue de cet atelier, que la rémunération d'un effectif de 5 823 agents devrait être bloquée immédiatement, dégageant ainsi des économies mensuelles de 538,2 millions FC et que 4 516 agents devraient bénéficier d'un moratoire dont la durée devrait être déterminée au cas par cas, sans toutefois dépasser 3 mois. E qui fait qu'à l'échéance, l'impact financier sera, sauf réclamation, de plus de 10 milliards de CDF par an, selon les conclusions de l'atelier.

Tenues sous la supervision de la vice-primature en charge du Budget, ces assises ont bénéficié de la participation des services gestionnaires de paie aussi bien de Kinshasa que des provinces de la RDC.

Amédée MK 

Articles similaires