RDC : Le syndicat de l’OGEFREM à couteaux tirés avec certains agents sur la gestion du port sec de Kasumbalesa

PAR Deskeco - 27 fév 2019, Dans Actualités

A travers un mémorandum adressé au Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, certains agents de l’OGEFREM ont exigé notamment l’audit de la trésorerie de cette entreprise afin de déceler la megestion, l’endettement et l’opacité dans le dossier du port sec de Kasumbalesa, dans l’ex province du Katanga.

« Il n’y a pas de crise à l’OGEFREM (Office de gestion de fret maritime). L’Office se porte mieux aujourd’hui qu’hier, et le sera davantage demain ». C’est la réplique de la Délégation syndicale nationale de cette entreprise publique à un groupe d’agents qu’elle qualifie d’« ennemis de la République ».

Pour le Président de la délégation syndicale de l’OGEFREM, M. Jean-Paul Bulambo, « il s’agit des fausses allégations qui visent simplement à perturber la paix sociale au sein de l’entreprise. Il encourage même cet audit ».

Car, a-t-il indiqué, « avec l’actuel comité de gestion, l’entreprise n’a pas d’arriérés de salaire à ce jour. Les cotisations sont régulièrement versées. Le budget de l’office est passé de 30 millions l’an à 58 millions de dollars américains pour l’année 2019 ».

« Nous avons appris tout ce qui a été diffusé à la radio par un soi-disant groupe d’agents que nous qualifions à notre niveau d’usurpateurs. Parce qu’ils n’ont pas cette qualité. Et nous rejetons en bloc tout ce qui a été dit. D’autant plus que cela n’a aucun soubassement, et ce n’est fondé sur aucune vérité. Ici nous sommes dans une démarche telle que nous visons l’excellence. C’est pourquoi vous verrez que quand vous passez à l’OGEFREM, tout le monde est à son poste de travail. Pour ainsi dire que tout le monde est conscient aujourd’hui que nous devons amener l’OGEFREM dans d’autres dimensions, vers le haut sommet », a fait savoir à la presse M. Jean-Paul Bulambo.

Le président de la délégation syndicale de l’OGEFREM a ensuite soutenu qu’« il n’y a plus d’arriérés de salaire à l’OGEFREM ». « On a eu à le déplorer il y a de cela deux ans. Le budget de l’office est passé de 30 millions USD à 58 millions USD aujourd’hui, suite à ce travail d’équipe qui a été mis en place par les mandataires actifs actuels. Les créances de l’office autrefois réclamées n’existent plus. Aujourd’hui l’IPR est bien payé. L’on peut le vérifier au niveau de la DGI. A ce jour également, les instruments d’assistance aux chargeurs sont en train d’être mis en place. Et là je vous parle directement du port sec de Kasumbalesa qui est une merveille. Aujourd’hui, ce port sec de Kasumbalesa fait la fierté de la nation congolaise. Si les Américains à travers le Prix Forbes, l’ont reconnu, et pourquoi pas nous Congolais ? Pourquoi on ne doit pas aimer notre pays ? »

Il a en outre déclaré qu’aujourd’hui à l’OGEFREM, il y a la paix sociale. Nous avons besoin d’une cohésion qui puisse nous permettre d’aller vers le haut sommet. Aujourd’hui nous avons un seul mot d’ordre dans notre marche vers le haut sommet : seul le ciel est notre limite ».

Parlant de l’audit,  M. Jean-Paul Bulambo a souligné que « si l’audit peut nous permettre effectivement d’améliorer notre gestion, il est le bienvenu. Et je ne vois pas qui en a peur ».

Lepetit Baende

Articles similaires