Haut-Uélé : La population de Giru refuse de céder ses terres à la société Giru Gold

PAR Deskeco - 06 mar 2019 10:45, Dans Actualités

Dans la localité de Giru, territoire de Watsa, en province du Haut-Uélé, des manifestations sont organisées tous les jours ces derniers temps par la population qui refuse de céder ses terres au profit de la société d’exploitation minière Giru Gold.

Le président honoraire de la FEC/Haut-Uélé, Cyrille Ekoko, affirme la population est en train d’être déguerpie par la force et n’a pas été indemnisée. Selon Cyrille Ekoko, quatre personnes ont déjà perdu la vie suite à ces manifestations. Selon lui, plusieurs familles sont sans abris, les écoles ne fonctionnent plus, et les activités économiques sont paralysées.

« Il y a des manifestations de la population qui se répète chaque jour, suite à la mauvaise opération de délocalisation de cette population en faveur de la société Giru Gold Manning. Cette société qui exploite de l’or devrait normalement délocaliser la population vivant dans ce village. L’opération, telle que la loi le prévoit dans le Code minier, devrait être négociée avec les villageois qui doivent être partis. Malheureusement, la société n’a pas eu à négocier directement avec la population. C’est plutôt le Gouverneur de la province qui a négocié avec la population. La société a versé de l’argent auprès du gouverneur pour que celui-ci délocalise la population. Ça n’a pas été respecté. Cette population a été obligée d’être évacuée par la force utilisée par le gouverneur. C’est pourquoi, on a cassé toutes les maisons, les gens vivent à la belle étoile depuis ce jour-là, jusqu’aujourd’hui. Il n’y a pas d’action et ça fait déjà quatre morts depuis que ces histoires ont commencé », soutient-il.

Du côté du gouverneur de la province de Haut-Uélé, Jean-Pierre Lola Kisanga, l’on soutient que la société Giru Gold Field qui est en fin de phase d’exploration a le droit de procéder à la délocalisation des exploitants miniers artisanaux pour le bon déroulement de ses activités.

« La société dont il est question s’appelle l’entreprise Giru Gold Field, qui a obtenu de l’Etat congolais, des permis d’exploitation il y a quelques années, se trouve en fin de phase d’exploration. Et en cette fin de phase d’exploration, l’entreprise a décidé de démarrer le processus de délocalisation des exploitants miniers artisanaux qui sont sur le site, et envisager dans les étapes suivantes, la délocalisation des populations qui sont dans le carré minier consolidé de l’entreprise. L’entreprise a recouru aux services de l’autorité publique, telle que cela lui est reconnue, pour assurer la sensibilisation de nos administrés qui sont dans ses concessions. C’est le rôle que nous avons fait, à travers une commission spéciale que nous avons mis en place et qui a sensibilisé la population pour lui faire comprendre qu’elle doit libérer cet espace que l’Etat a donné à un opérateur, afin de laisser à l’investisseur privé de poursuivre son programme d’exploration afin de dégager ses études de faisabilité et passer à la phase d’exploitation. Et c’est l’entreprise qui exécute la délocalisation avec ses corollaires, notamment, l’indemnisation à travers ses structures, et elle a recouru à l’accompagnement légal de l’Etat congolais au niveau provincial », explique Jean Pierre Lola Kisanga.

Lepetit Baende

 
 

Articles similaires