Rapport de Mwenga sur les mines : le député Jacques Djoli propose la limitation de l'exploitation artisanale et la révision du code minier en vue de promouvoir l'exploitation industrielle

Mines
Mine artisanale. Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 21 nov 2021 14:18, Dans Actualités

Dans son intervention lors de l'examen du rapport de la commission parlementaire dépêchée au Sud-Kivu plus précisément dans le territoire de Mwenga en vue de recueillir des informations sur l'exploitation illicite des minerais par des sociétés étrangères, le député national Jacques Djoli suggère la limitation de l'exploitation artisanale au profit de l'exploitation industrielle des minerais à l'Est de la République Démocratique du Congo.

Il a précisé que l'insécurité mais aussi les combats entre groupes n'ont qu'un seul objectif le soucis de vouloir contrôler les carrés miniers. À l'en croire, ces groupes armés n'ont jamais eu pour ambition de conquérir le pouvoir de Kinshasa moins encore au niveau local.

"Le travail de nos collègues démontre que nous sommes dans un pays de zone de non droit et la problématique qu'ils posent, ils ont par exemple proposé qu'on puisse suspendre toute activité minière dans le Sud-Kivu peut paraître une solution opportune mais la question essentielle Monsieur le Président c'est le lien entre l'exploitation des ressources minières et la violence des conflits armés, la prolifération des groupes armés, lorsqu'on parle de la carte du Sud-Kivu on a 64 groupes armés avec le 65e qui vient de naître. On voit que ces groupes armés sont autour des carrés miniers et les combats entre groupes armés ne sont pas des combats politiques, ils ne visent nullement le pouvoir de Kinshasa même pas le pouvoir de Bukavu, lorsqu'ils viennent à Bukavu, ils viennent s'amuser et ils sortent leur problème Honorable Président, c'est le contrôle de leur circuit minier donc du Nord de la République Démocratique du Congo jusqu'au Nord Katanga je le dis Nynzu toute cette partie est infestée des groupes armés qui se battent pour n'est-ce-pas les ressources minières" a dit Jacques Djoli jeudi 18 novembre dernier.

Jacques Djoli s'est aussi inquiété du fait qu'à l'époque avec seulement le cuivre, la Gécamines contribuait énormément au budget de l'État mais aujourd'hui avec un taux élevé des exportations dans le secteur minier, le PIB du pays ne s'améliore pas toujours à la hauteur voulue. Ce cadre du MLC a insisté sur la nécessité de mettre en place plusieurs commissions parlementaires pour rétablir de l'ordre dans le secteur.

"Monsieur le Président, vous vous rappelez que la Gécamines exportait 300 000 tonnes de cuivre et avec 300 ou 400 000 tonnes. Elle participait à 90% du budget national, aujourd'hui avec toutes ces sociétés qui sont arrivées, nous exportons 1 million 600 mille tonnes et si on prend le cobalt, on prend l'or, le secteur minier n'est pas capable d'amener 12% du produit national brut. Donc il y a un problème sérieux et je crois que la proposition de nos amis c'était une commission d'information, il nous appartient parce que l'honorable Lumeya si on envoie une commission d'enquête réduit à l'espace de Mwenga ça ne va pas nous avancer. Il faut une grande commission de contrôle du secteur minier pour savoir qu'est-ce que ce secteur ? Tout le monde dit que ça peut nous apporter au moins 60 milliards USD mais ça ne vient pas. Nous allons attendre chaque année que le gouvernement vienne nous raconter ces histoires nous prenons la responsabilité de multiplier des commissions dans ces zones le Sud-Kivu, le Nord-Kivu même l'état de siège l'objectif c'est la guerre mais il s'agit d'une guerre minière. On ne va pas la terminer en envoyant des militaires",a-t-il martelé.

Face à cette situation, Jacques Djoli pense qu'il faudra réviser la législation congolaise dans ce secteur des mines afin de l'adapter aux dimensions du pays.

"Il nous appartient de dégager un vrai code minier qui répond à nos besoins, l'exploitation artisanale, la libéralisation du secteur pose le problème, le secteur industriel n'est pas développé. Banro est parti parce que chaque jour, il y avait le Kidnapping de son personnel étranger, il ne pouvait pas continuer et qui organisait ces Kidnapping ? Ce sont ces creuseurs avec des militaires au nom des intérêts, ils vont interdire l'exploitation minière où la réduire au maximum, aujourd'hui l'exploitation industrielle c'est 27% et le reste c'est le secteur artisanal qui exploite ou qui exploite en fraude, retirer les titres n'est pas la solution parceque l'or qui est sous terre là-bas ce n'est pas l'exploitation artisanale qui va permettre au Congo de devenir riche, il faut des grandes entreprises et pour ça il faut limiter au maximum l'exploitation artisanale, faire valoir l'exploitation industrielle, protéger ces grandes sociétés ils vont engager des jeunes",a-t-il suggéré.

Le rapport de la commission parlementaire dépêchée au Sud-Kivu plus précisément dans le territoire de Mwenga en vue de recueillir des informations sur l’exploitation illicite des minerais par des sociétés étrangères à été adopté lors de la plénière du jeudi 18 novembre 2021. Les conclusions de la mission effectuée du 8 au 14 septembre seront transmises au gouvernement.

Clément Muamba et Berith Yakitenge

 
 

Articles similaires