Rapport de Mwenga sur les mines : la députée Irène Wasso plaide pour la révocation du gouverneur du Sud-Kivu et le retrait de toutes les sociétés Chinoises

Or
Photo d'illustration
PAR Deskeco - 21 nov 2021 13:47, Dans Actualités

Les députés nationaux ont adopté le rapport de la commission parlementaire dépêchée au Sud-Kivu plus précisément dans le territoire de Mwenga en vue de recueillir des informations sur l’exploitation illicite des minerais par des sociétés étrangères. D'après Christophe Mboso, les conclusions de la mission seront transmises au gouvernement.

Ce rapport a révélé des graves dysfonctionnements dans le secteur des mines en RDC. Pour ne citer que le cas de Mwenga, plusieurs entreprises chinoises exploitent l’Or sans titres ni qualités. Il y a par exemple des entreprises qui ne détiennent que des permis de recherche mais qui font l’exploitation proprement dite des minerais en complicité avec les coopératives locales.

Face à cet état de chose, la députée nationale Irène Wasso, élue de Mwenga exige la révocation du Gouverneur et l'expulsion de toutes les sociétés chinoises œuvrant à Mwenga.

"Nous demandons l'interpellation du ministre en charge des mines pour nous éclairer sur les accords que la société Banro a signé avec toutes les sociétés qui exploitent le carrés miniers au chefferie de Wamuzimu, nous demandons l'interpellation du ministre de l'intérieur par rapport à l'implication du gouverneur du Sud Kivu tels que dénoncé par la population dans ce dossier et la population de Wamuzimu m'a chargé de vous demander Honorable Président de transmettre leur message en demandant le départ du gouverneur de province du Sud-Kivu" dit Irène Wasso dans son intervention lors de la plénière jeudi 18 novembre dernier.

Et de poursuivre :

"Nous demandons à ce que le gouvernement par le biais du ministère des Mines suspendent l'exploitation minière illicite à Mwenga et que le permis de recherche donné à Banro soit revisité et que le ministère des Mines à travers son service spécialisé le CAMI, limite les zones d'exploitation artisanale créer dans la province du Sud-Kivu en général et dans le territoire de Mwenga en particulier. Ceci afin de bien départager les intérêts économiques des communautés locales du milieu et ceux de l'exploitation industrielle dans ce milieu, nous demandons enfin réparation face à tous les dégâts qui ont été commis dans notre chefferie et que la justice soit faite face à toutes ces infractions pénales telles que repris par les articles 299 et 311 bis du nouveau code minier et nous sollicitons en dernier lieu le retrait immédiat de toutes les sociétés Chinoises se trouvant dans notre chefferie"

Contexte

Les mines du Sud-Kivu avaient défrayé la chronique il y a un mois. Des vidéos tournées à Kamituga montrant des délégations officielles empêchées d’accéder aux carrières gérées par des entrepreneurs chinois ont provoqué un tollé. Au cours de la réunion du conseil des ministres de vendredi 4 septembre dernier, le Premier Ministre Sama Lukonde avait appelé le Gouvernement à sévir contre les auteurs de cette situation « qui est aussi facilitée par la présence des groupes armés qui empêchent le contrôle de l’Etat ».

Le gouverneur du Sud-Kivu, Théo Kasi, avait décidé de suspendre les activités des sociétés chinoises qui exploitent illégalement l’or dans le territoire de Mwenga. Mais à Kinshasa, la ministre des mines, Antoinette N’samba s’est opposée à cette décision précisant qu’elle viole notamment le code minier. Elle a demandé au Vice-premier ministre de l’intérieur d’instruire le gouverneur du Sud-Kivu de rapporter son arrêté.

Clément Muamba et Berith Yakitenge

 
 

Articles similaires