RDC : le gouvernement signe un accord avec la société égyptienne Income pour le désengorgement de Kinshasa à travers le projet "Kitoko"

Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 30 juil 2021 07:37, Dans Actualités

Pius Muabilu, ministre d’Etat en charge de l’Urbanisme et habitat, a, au nom du gouvernement congolais, signé mercredi 28 juillet, un avenant à l’accord-cadre antérieur, République Démocratique du Congo-Egypte, pour la prolongation de 6 (six) mois en ce qui concerne l’exécution du projet qui est censé désengorger la ville de Kinshasa.

La signature dudit avenant est intervenue au Caire en Egypte, lors d’une mission officielle conduite par le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde au Caire en Egypte, indique un communiqué du ministère de l’Urbanisme et habitat.

La signature de ce document vise la mise en place de la feuille de route qui intègre les aspects techniques évoqués par les experts des différents ministères regroupés en commissions, et aussi l’aspect financier qui doit être à la hauteur de ce projet innovant intégrant les aspects liés à l’architecture, à l’environnement, à la gestion des espaces, aux couleurs et à la culture.

L'objectif est de déboucher vers la délocalisation des institutions de la République, en transmettant son art, sa technologie à Kitoko nouvelle ville, qui va renfermer toutes les infrastructures de base, dans un plan directeur.

Pour rappel, la mise en exécution  du projet « Kitoko nouvelle ville » à Kinshasa, sera construite sur le modèle de la nouvelle capitale administrative d’Egypte, dominée par un gratte-ciel de 365 (trois cent soixante-cinq) mètres de hauteur et qui pourra être le plus haut des immeubles du continent africain.

Le groupe «Income» s’est associé avec un cabinet conseil «Concell Tar» spécialisé en architecture depuis des années. Cet accord cadre est le fruit d’une discussion entre le Président congolais, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et son homologue égyptien, Abdel Fata Al Sissi.

Selon la maquette, Kitoko s’étendra sur 30 000 hectares à 40 Km du centre-ville et à 15 Km de l’Aéroport de N’Djili. De cette superficie, 10 000 ha vont être dédiés aux voiries, 10 000 ha aux technopoles agro-alimentaires, le foncier devait occupé 10 000 ha aussi. Une cité gouvernementale, un palais de congrès, un palais de justice, des hôpitaux devraient également y être érigés. 

Jordan MAYENIKINI 

 
 

Articles similaires