61 ans d'indépendance : la RDC continue d'importer les produits de première nécessité malgré ses 80 millions d’hectares de terres arables

Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 01 juil 2021 06:38, Dans Actualités

A ce jour en République Démocratique du Congo indépendante, les productions agricoles d’exportation (coton, café, cacao, sucre, thé et caoutchouc) sont déclinantes et peu productives. Le café qui occupait une part non négligeable des exportations congolaises dans les années 80 est aujourd’hui réduit à une portion congrue (17 M$, pour 9000T). 

Les cultures vivrières (manioc, plantain, maïs, arachide, et riz) peinent à satisfaire la demande locale. Le maïs importé occupe désormais une place importante dans les consommations des ménages urbains.

Le potentiel agricole de la RDC compte parmi les plus importants du monde mais, en même temps, le pays affiche un taux de sous-alimentation parmi le plus élevés de la planète. 

Le sous-développement du secteur agricole de la RDC est imputable à plusieurs causes, que l'on peut ramener en une seule : le manque de volonté politique. Concrètement, cela se traduit par une très faible allocation des ressources nécessaires à l'investissement dans ce secteur vital. 

L'échec du projet de parc agricole de Bukangolonzo en dit long sur ce manque de volonté politique qui caractérise la RDC en ce qui concerne le boostage du secteur agricole.

Selon le FAO, la RDC se trouve au carrefour de 5 communautés économiques régionales (CER). Son climat chaud et humide est caractérisé par une forte pluviométrie atteignant parfois jusqu’à 2 000 mm l’an dans la cuvette. Par ailleurs, la RDC dispose de près de 80 millions d’hectares de terres arables, 4 millions de terres irrigables, dont 1% seulement cultivé. L'agriculture paysanne occupe 70% de la population active. Sa végétation peut supporter un élevage d’environ 40 millions de têtes de gros bétail et sa densité halieutique est estimée à 700 000 tonnes de poisson par an. 

Avec cette potentialité la RDC est capable de nourrir environ 2 milliards de personnes au monde. Malheureusement, le pays recours encore aux importations pour chercher à couvrir le déficit alimentaire. Le sol dispose également d’importantes potentialités minières diversifiées (cuivre, diamant, or, uranium, colombo-tantalite, …).

Malgré son potentiel en terres arables, il est décevant que la RDC continue d'importer les produits de première nécessité.

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires