RDC : Déogratias Mutombo donne les raisons de l’accroissement des réserves de change à 1,392 milliard USD

Déogratias mutombo
PAR Deskeco - 19 juin 2021 09:41, Dans Finances

De 505 millions USD à fin mars 2021, les réserves de change de la RDC se chiffrent, au 14 juin, à 1,392 milliard USD, soit une hausse de plus de 887 millions à moins de trois mois.

Pour le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Déogratias Mutombo, cet accroissement des réserves de change de la RDC s’explique aussi bien par l’amélioration de la balance commerciale du pays au cours des quatre premiers mois de l’année, par le rachat des devises auprès des banques commerciales par la BCC et par le rachat de la fiscalité auprès des miniers et des pétroliers.

« Tout est parti de l’amélioration de la balance commerciale cette année avec l’embellie des cours du cuivre et du cobalt sur le marché. Nous avons aujourd’hui, dans la balance commerciale des biens, des exportations qui se chiffrent à 6,550 milliards USD à fin avril 2021. Comparées à la même période en 2020, nous étions à 3,8 milliards USD des exportations. Donc, nous sommes à près du double de la valeur exportée par rapport à l’année passée. Cet accroissement des exportations a induit une hausse de la liquidité en monnaie étrangère dans l’économie. C’est ce qui a fait qu’au travers des opérations d’achat des devises et de la fiscalité en devise, les réserves de change s’accroissent aujourd’hui », a expliqué Déogratias Mutombo, lors de la conférence de presse tenue le jeudi 18 juin à l’issue de la 5ème réunion du Comité de politique monétaire (CPM).

En ce qui concerne le rachat de la fiscalité, la Banque centrale fait savoir qu’elle a acheté jusqu’à 576 millions USD auprès des miniers et de pétroliers.

« En ce qui concerne les achats des devises, il faut partir du Pacte de stabilité qui a parmi une bonne coordination des finances publiques. Ce pacte veut que les opérations de l’Etat se fassent sur base caisse, avec des excédents. Cette situation nous permet de maitriser la liquidité et conduit au resserrement des réserves des banques commerciales dans le livre de la Banque centrale.  L’élément déclencheur de ces achats est le maintien du coefficient de la réserve obligatoire. Les banques commerciales se retrouvant en situation serrée, de fois en déficit, ont un deuxième instrument pour couvrir leur déficit. Ce deuxième instrument c’est la vente des devises. Les banques commerciales nous ont vendu des devises contre franc congolais pour couvrir leur position de déficit. Depuis le début de l’année, nous avons acheté 668 millions de dollars contre 13 millions de dollars en 2020 et 230 millions de dollars en 2019. Donc, c’est un record », a ajouté le gouverneur de l’Institut d’émission.

Dans le même ordre, environ 130 millions USD, qui restaient dans le cadre de l’appui budgétaire, ont été racheté par la Banque centrale auprès des partenaires financiers dont la BAD.

Déogratias Mutombo pense qu’avec la reprise économique sur le plan mondiale, avec 5,8% de taux de croissance de l’économie mondiale, la demande du cuivre et du cobalt va permettre de poursuivre avec le même rythme. De son avis, outre la nécessité de diversifier l’économie nationale, « il faut penser à tirer profit de cette situation pour diversifier l’économie ».

DESKECO

 
 

Articles similaires