RDC : le ministre des Finances consulte les banquiers avant la reprise des émissions des Bons et Obligations du Trésor

ministère des finances
PAR Deskeco - 09 juin 2021 08:01, Dans Actualités

Dans la perspective de relancer au courant de ce mois de juin 2021 les émissions des Bons et Obligations du Trésor à l’arrêt depuis le 9 mars dernier, le ministre des Finances, Nicolas Kazadi Kalonji, a réuni, le lundi, le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Déogratias Mutombo, le Directeur général de la BCC en charge de la politique monétaire, Jean-Louis Kayembe, ainsi que les banquiers, en présence de la vice ministre des Finances, O’Neige N’Sele Mimpa, pour plancher sur les meilleures modalités de relancer le marché des titres financiers au niveau du marché local.

Se confiant à la presse à l’issue de cette réunion, le patron de la BCC a rassuré la reprise des émissions des bons du Trésor va fonctionner de « manière harmonieuse dans la mesure où le ministère des Finances a démontré sa capacité à respecter l’échéancier de remboursement et dispose à ce jour des marges de manœuvre pour ne point accumuler des arriérés ».

Pour le numéro un de l’Institut d’émission, le marché de ces titres financiers devra bénéficier des bons indicateurs du cadre macroéconomiques actuel qui sont au vert. Il reste convaincu que les bons du Trésor permettront à la Banque Centrale de « les utiliser comme instruments de régulation de la liquidité ».

Par rapport à la stabilité des principaux indicateurs macroéconomiques, il faut noter que le franc congolais est en relative stabilité depuis le début de l’année. Il nage toujours autour de 2000 FC le dollar américain.  Bien plus, le Compte général du Trésor affiche des excédents budgétaires depuis deux mois. Quant aux réserves de change, elles sont passées de 505 millions USD à fin mars à 1,2 milliard USD à fin mai 2021.

Il faut noter également le fait que le gouvernement congolais est en phase de conclure le Programme économique triennal avec le Fonds monétaire international (FMI), dès le mois de juillet 2021. Ce programme sera appuyé par une Facilité élargie de crédit à hauteur de 1,5 milliard USD à raison de six décaissements, soit 250 millions USD tous les six mois. Le premier décaissement aura lieu dès juillet 2021 pour le mois de juin 2021 qui est la première échéance d’évaluation de ce Programme triennal.

Ces 1,5 milliard USD du FMI vont permettre à la RDC de renforcer non seulement ses réserves de change mais aussi d’appuyer le budget national et la balance de paiement.

Tout aussi, Kinshasa devra bénéficier, dès août 2021, de 1,5 milliard USD autres venant des droits de tirages spéciaux (DTS)  sur les 33 milliards USD que le FMI a attribués aux pays Africains. Ces droits DTS ne sont pas un crédit mais plutôt des avoirs de la RDC via la Banque centrale du Congo, caissier de l’Etat.

Suspendues à la suite de la faible rentabilité du fait notamment des craintes des opérateurs économiques de la dépréciation de la monnaie nationale, le franc congolais, les émissions des Bons du trésor seront désormais indexées au dollar américain, selon la décision prise en mai par le ministre des Finances.

A (RE) lire : RDC: le marché des Bons du trésor toujours à l'arrêt depuis mars 2021

Face à la faiblesse de la mobilisation des recettes, l’Exécutif national a lancé en octobre 2019 les Bons du Trésor pour diversifier ses sources de financement afin de faire face à ses dépenses publiques toujours élevées.

Un Bon du Trésor est un titre d'emprunt émis par l'Etat et remboursable à échéance. En RDC, c'est le gouvernement qui émet ces titres d'emprunt par le canal du Trésor public. Quand un opérateur économique ou un particulier achète un Bon du Trésor, il prête de l'argent à l'État et devient, en quelque sorte, son créancier. Garanti à 100 % par le gouvernement qui l'émet, le Bon du Trésor est l'un des placements les plus sûrs sur le marché monétaire.

DESKECO

 
 

Articles similaires