Ass. nationale : le DG de la SNEL révèle que le gouvernement n'a pas encore payé les 26 millions USD de compensation mensuelle pour la gratuité de l'électricité pendant la covid-19

Cabine SNEL
PAR Deskeco - 06 juin 2020, Dans Actualités

Le Directeur général de la Société Nationale d’Electricité (SNEL SA), Jean-Bosco Kayombo, a été auditionné, ce samedi 06 juin, par la commission suivi et évaluation de l’Assemblée nationale. Son audition a porté sur l’impact de la facturation dans le cadre de la lutte contre la pandémie à la COVID-19. 

Devant les élus du peuple, il a détaillé l’impact de la mesure de la gratuité de l’électricité au sein de l’entreprise sous sa houlette.

« La mise en œuvre de la mesure de gratuité a eu comme impact : - Reduction substantielle des ventes de SNEL SA évaluées à l’équivalent de USD 17.000.000 (dix-sept millions de dollars américains) ; - Mise en péril des activités d’exploitation et de maintenance des infrastructures, du paiement des charges fixes (salaires et autres charges sociales), ainsi que du remboursement du service de la dette » ; précise-t-il.

Pour mieux appliquer la mesure de gratuité, la SNEL a sollicité du gouvernement un apport mensuel financier de 26.000.000 USD qu’elle n’a pas encore reçu jusque-là, au titre de compensation. 

« A cet effet, SNEL SA a sollicité de la part du gouvernement un apport mensuel financier de 26.000.000 USD, justifié comme suit : - 17.000.000 USD pour la compensation due à la gratuité de la consommation de l’énergie électrique ; - 1.500.000 USD pour l’acquisition des produits pétroliers et lubrifiants des 18 centres thermiques dont le coût d’exploitation est largement supérieur aux recettes ; - 2.500.000 pour l’acheminement et l’installation de deux groupes thermiques de  8000 KVA et ; 5.000.000 au titre de paiement des arriérés et créances certifiés de l’Etat à SNEL SA soit 112.657.764 à SNEL SA », explique Jean-Bosco Kayombo.

Il a également signifié que dans le cadre des mesures d’accompagnement de la riposte à la COVID-19, la SNEL a renforcé les mécanismes d’intervention pour assurer la continuité de service d’alimentation en électricité en veillant à réduire au maximum le temps d’intervention en cas de panne.

Dans la même veine, précise Jean-Bosco Kayombo, certains centres et villes alimentés par les centrales thermiques, dont notamment Kananga, Mbuji-Mayi, Mbandaka, Kikwit et Idiofa, ont été approvisionnés en produits pétroliers en vue d’assurer un minimum de fonctionnement et notamment celui des structures sanitaires.

Devant la commission, le DG Jean-Bosco Kayombo a signifié que la SNEL a réalimenté la ville de Gbadolite et la cité de Mobayi-Mbongo grâce à la remise en exploitation d’un groupe de la centrale de Mobayi-Mbongo à l’arrêt depuis deux ans. 

Il a aussi informé de la prise des dispositions par la SNEL pour ne pas contrarier le fonctionnement des institutions sanitaires en cette période de riposte à la pandémie de la COVID-19.  

Jordan Mayenikini

 
 

Articles similaires