Nouvelle taxe de l'ARPTC sur les téléphones: « Asphyxiés par le Coronavirus et par le Gouvernement, les congolais doivent réagir » (Tribune de Jean Claude Jatende)

Jeau Claude Katende
PAR Deskeco - 28 avr 2020 15:41, Dans Analyses

Pendant cette période où tous les peuples du monde sont mobilisés contre le coronavirus, aucun gouvernement n’a imposé de nouvelle charge (impôt  ou taxes)  sauf les amendes nécessaires pour obliger les citoyens à porter le masque pour se protéger contre le Covid-19 et pour protéger les autres.

En République Démocratique du Congo, c’est le contraire ! Le Premier Ministre a rendu  public, la semaine passée,  le décret n°20/005 du 09 mars 2020 qui taxe l’utilisation du téléphone portable. Tout congolais qui utilise un téléphone portable devra payer une taxe au Gouvernement qui varie d’un 1 à 7 USD par an.

Comment un gouvernement qui prône « le Peuple d’abord » peut se permettre de prendre encore au peuple le peu de revenus qui lui reste en ce temps de crise ? Tout le monde sait que les mesures prises pour lutter contre le Coronavirus privent le congolais du travail formel ou informel qui lui permet d’avoir des revenus pour vivre. Où va-t-il trouver de l’argent pour payer la nouvelle taxe ?

Imposer cette nouvelle taxe, c’est tuer le peuple dans ce contexte de crise. En plus, comment peut-on imposer une nouvelle taxe alors que les fonds publics générés par les anciennes taxations sont gérés dans une opacité totale et sont détournés jours et nuits par certains fonctionnaires de l’Etat ?

Le même Gouvernement est incapable de prendre des mesures favorables au peuple pour que les services fournis par les sociétés de téléphonie cellulaire baissent de prix.  Selon ces sociétés, c’est le gouvernement qui est à la base de la hausse des prix des services (appels, sms, internet...) qu’elles fournissent. 

Il est clair que nous devons refuser de payer cette nouvelle taxe en ce moment de crise.

J’appelle les leaders politiques et sociaux qui mettent l’intérêt du peuple au premier plan  de lever la voix pour protéger les congolais contre cette nouvelle prédation.

Le Gouvernement doit orienter ses actions vers tous ceux qui ont mal géré les projets publics (Construction des écoles, Bukanga lonzo,  FPI, GCM…) où il peut récupérer des millions que de faire souffrir les congolais.

Un peuple qui ne surveille pas les hommes politiques sera pillé jour et nuit, avec raison et sans raison. Gardons les yeux ouverts. Trop, c’est vraiment trop. Mitons par tous les moyens de droit pour que cette taxe soit supprimée.

Kinshasa, le  28 avril 2020

Me Jean Claude KATENDE 

Le Gardien du Temple.

 
 

Articles similaires