Kinshasa : le montant de versement des transports en commun revu à la baisse à cause de covid-19

Taxi
PAR Deskeco - 04 avr 2020, Dans Actualités

Depuis l’annonce des mesures prises par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi pour lutter contre le Coronavirus, à Kinshasa plus rien n’est comme avant dans le secteur des transports en commun. Les motocyclistes et chauffeurs de taxi ont du mal à totaliser le montant retenu avec les propriétaires des véhicules. Le nombre des clients en attente dans les arrêts de bus a diminué. La circulation n’est plus comme avant à Kinshasa. Au micro de Deskeco.com, un chauffeur de taxi et un motocycliste nous ont confié leur calvaire.

Pour Freddy, un motocycliste rencontré dans la commune de N’djili, son versement du jour est passé de 17 500 Fc à 10 000 Fc pendant cette période où la pandémie du Coronavirus fait rage à Kinshasa. Il affirme que la situation est devenue difficile dans le secteur du transport en commun, la rentabilité n’est plus comme avant.

« Avant je versais 17 500 Fc, l’équivalent de 10 $ auprès du propriétaire de la moto. Mais depuis l’annonce du Coronavirus à Kinshasa, les choses ne tournent plus comme avant. Je lui ai fait voir la situation du terrain. On s’est convenu à 10. 000 Fc. On ne roule plus avec deux clients comme avant. En plus, les clients sont rares dans les arrêts des bus. Par exemple, depuis le matin jusqu’à 13 h, je n’ai que 9 000 FC dans mes mains et s’il faut compter le carburant ! C’est très difficile pour nous », explique Freddy.

Il accuse aussi les policiers de roulage de tracasserie. « Les tracasseries des policiers de roulage également ne sont pas épargnées. Ils nous arrêtent de fois sans avoir commis un forfait. Juste pour nous rançonner de l’argent », ajoute-t-il.

Pour Paul, un chauffer de taxi, son prix de versement n’a pas bougé mais il craint que le confinement de la commune de la Gombe soit à la base d’une discussion avec son patron pour revoir son montant de versement. A l’en croire, Gombe est la commune qui l’aide à totaliser en toute quiétude le montant fixé par son patron.

« Chez nous les taximen rien n’a changé. Je verse toujours 20 $ auprès du propriétaire du véhicule. Malgré que les mesures prises contre le coronavirus aient réduit l’effectif des clients à bord de nos véhicules, nous avons également augmenté les prix. Mais, je crains que le confinement de la commune de la Gombe où je préfère faire mes courses souvent puisse changer la donne. A l’allure où nous allons, nous finirons par baisser le montant de versement », relate Paul.

L’apparition du COVID-19 à Kinshasa qui oblige la population de se confiner, touche fortement le secteur du transport public. Certains chauffeurs ont revu à la baisse le montant de versement auprès de leurs patrons. D’autres par contre ont du mal à atteindre ce montant. Le confinement de la commune de la Gombe, destination principale de nombreux kinois, va donner du fil à retordre à plusieurs chauffeurs de taxi.

Jordan Mayenikini

 
 

Articles similaires