RDC : la COGEP demande à son tour l'annulation du protocole d’accord entre la SOKIMO et AJN Resources Inc.

Minerais
PAR Deskeco - 28 fév 2020, Dans Actualités

La COGEP (Coalition pour la Gouvernance des Entreprises Publiques du secteur extractif) demande au Premier Ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, "d’annuler le Protocole d’accord entre la Société Minière de KILO-MOTO (SOKIMO) et AJN Resources Inc. sur la Cession d’Actifs Miniers", rapporte un communiqué de presse de cette ONG Congolaise.

AJN Resources Inc. a annoncé  avoir signé le 18 janvier 2020 un Protocole d’accord (MoU) avec la SOKIMO convertissant tous les droits de cette société du portefeuille de l'Etat congolais en parts sociales qui seront dans AJN. 

Pour la COGEP,  cette transaction est  "très défavorable à l’entreprise du Portefeuille d’Etat et aux citoyens congolais".

A travers ce protocole d'accord, la SOKIMO a cédé pour 20 millions de dollars canadiens (17 millions USD) : "Les 10 % de parts de SOKIMO dans KIBALIGOLD; Les 30 % dans KODO ; Les 35% dans GIRO GOLDFIELDS ; Les 35 % dans WANGA ; Les 30% dans NIZI ; Les 30% dans KIBALI Sud". 

Ces cessions violent, selon la COGEP, les dispositions du Code minier révisé d’une part sur l’obligation de procéder à la publication d’appel d’offres pour les gisements étudiés appartenant à l’Etat congolais (articles 33 et 33 bis du Code minier révisé) et d’autre part sur la clause contractuelle en ce qui concerne le droit de préemption de KIBALI GOLD pour les 10% de parts de SOKIMO.

"Ces cessions constituent un véritable bradage des actifs de la SOKIMO que les citoyens congolais doivent dénoncer pour espérer en l’avenir de cette entreprise du portefeuille de l’Etat qui, jadis, a soutenu l’économie tant nationale que locale", note cette coalition dans son communiqué de presse daté du 26 février.

Apres analyse du dossier, la COGEP estime que ces cessions "doivent être annulées par le Gouvernement de la RDC".

Ainsi, la COGEP recommande au Président de la République, "de s’investir pour l’arrêt de ces cessions défavorables à la SOKIMO et aux Citoyens Congolais" . 

Elle enjoint le Parlement "d’interpeler le Ministre du Portefeuille afin d’éclairer tous les citoyens Congolais sur lesdites  cessions" et au Premier Ministre, d'ordonner l’annulation du Protocole d’accord entre la SOKIMO et AJN Resources Inc. 

Pour la COGEP,  le ministre du Portefeuille  a l'obligation de se prononcer "publiquement" afin d’éclairer et rassurer les citoyens congolais que le  Gouvernement congolais n’a aucune intention d’appuyer les Accords qui sont contre les intérêts  de la RDC dans toutes ses dimensions et qui favorisent les pratiques d’antivaleurs dans le  secteur minier et de sanctionner les mandataires qui ont signé cet accord. 

Plusieurs organisations de la société civile dont "Le Congo n'est pas à vendre"  ont demandé l'annulation du protocole d’accord signé entre la SOKIMO et AJN Resources Inc. Même les deux coassociés de SOKIMO dans Kibali Gold Mines, Barrick Gold Corporation et Anglo Gold Ashnti, se sont opposés à cette transaction. Le gouvernement de la République ne s'est pas prononcé sur ce dossier ni même les responsables de la Sokimo malgré toutes les protestations. 

Amédée Mwarabu 

 
 

Articles similaires