Brouille entre le ministère de la Santé et SAGAH Care Net sur la gestion de l’Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani

PAR Deskeco - 07 mar 2019, Dans Actualités

Le ministère de la Santé a saisi la Primature pour « une résolution exhaustive et définitive » de son différend avec le gestionnaire privé de l’Hôpital du Cinquantenaire  de Kisangani, rapporte un communiqué du ministère de la Santé daté du 6 mars.

« Le Ministère de la Santé a été informé de la dégradation de la situation liée à la prise de fonction du Médecin Directeur affecté par le Ministre de la Santé à l’Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani (HCKis),établissement public hospitalier de deuxième référence. Le Ministère prend également note de la campagne diffamatoire contre le Ministère de la Santé et l’un de ses partenaires, SAGAH Care Net SARL, société de droit congolais. Cette campagne est orchestrée par des personnes aux intérêts inavoués n’ayant pas qualité, et ce notamment, en infraction au décret n° 13/005 du 22 janvier 2013 portant création, organisation et fonctionnement du HCKis », note le ministère de la santé dans son communiqué.

pour le ministère de la santé, « Il s’agit d’une situation malheureuse, caractérisée par un malentendu avec les institutions de la province de la Tshopo sur le rattachement du HCKis au Gouvernement central, conformément au décret n°13/005 du 22 janvier 2013 portant création, organisation et fonctionnement d’un établissement public hospitalier de deuxième référence dénommé « Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani ».

Le même décret portant création de cette institution hospitalière  stipule en son article n°3 : « l’Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani a pour objet d’offrir des soins de santé de qualité de très haut niveau technique à la population de la Province Orientale ».

« Le partenariat public-privé dans le secteur de la santé est une solution privilégiée pour améliorer la qualité des soins dans notre pays. Afin d’attirer des partenaires privés compétents et professionnels, il est primordial d’assurer un climat des affaires sain et transparent en garantissant le respect de nos lois et décrets nationaux », rappelle la tutelle.

« Compte tenu de la gravité de ces faits entraînant une situation qui risque de remettre en cause la bonne exécution par l’HCKis de la mission lui dévolue par le Gouvernement au profit de la population des provinces du Bas-Uele, du Haut-Uele, de l’Ituri et de la Tshopo, le Ministère de la Santé a saisi la Primature pour une résolution exhaustive et définitive de la situation, sous l’arbitrage de la Présidence de la République », conclut le communiqué.

Amédée MK

 
 

Articles similaires