APNAC-RDC invite le Congolais à se prendre en charge vis-à-vis des dirigeants corrompus et corrupteurs

PAR Deskeco - 01 juil 2019, Dans Actualités

Le Réseau des Parlementaires Africains contre la Corruption (APNAC-RDC) et l’Observatoire de surveillance de la corruption et de l'Éthique Professionnelle (OSCEP) ont organisé, le 28 juin, une journée de restitution des travaux du premier Forum africain anti-corruption. Les organisations de la société civile, les Parlementaires et les médias ont pris part à cette activité.

Au cour de ces échanges, le Président de l’APNAC-RDC, l’Honorable Jean Pierre PASI ZAPAMBA, s’est inquiété de l’ampleur de la corruption en RDC. C’est ainsi il a invité les peuples congolais à se prendre en charge vis-à-vis de tous les dirigeants corrompus et corrupteurs.

« J’invite ici particulièrement le peuple congolais à se prendre en charge vis-à-vis de tous les dirigeants corrompus et corrupteurs qui détournent les biens de la République. Les corrompus et les corrupteurs doivent séjourner en prison et les biens volés doivent être recouvrés à l’avantage du trésor public ».

Face aux parlementaires présent dans la salle, l’Honorable PASI ZAPAMBA les a appelés au renforcement de contrôle du Gouvernement.

« La corruption est un « cancer », qui prend du temps dans le corps avant de se manifester. Il faut des mesures courageuses, des décisions difficiles à prendre pour sauver l’homme de cette pandémie. Les Parlementaires ont le devoir de jouer leurs rôles conformément à la constitution de notre pays, renforcer la sensibilisation de la population contre ce fléau, cancer qui l’appauvrit au quotidien ».

Pour conclure ses propos, le président de l’APNAC-RDC a indiqué que la Lutte Contre la Corruption est une affaire de tous. La presse doit accompagner le peuple dans la révolution mentale pour pousser les dirigeants à changer des comportements c’est-à-dire responsabilité – transparence – redevabilité, a-t-il ajouté.

Cette première édition du Forum anti-corruption s’est tenue du 12 au 13 juin 2019 à Charme-El-Cheik en Egypte. 210 participants provenant de 52 pays ont pris part à ces assises. 20 pays seulement ont été représenté par leurs Ministres de l’intérieures et de la Justice, mais aussi des organes de reddition des comptes. Au niveau de la RDC, aucun membre du Gouvernement avait effectué le déplacement.

VM

Articles similaires