RDC : face aux fakenews, 4 vérités attestent de la bonne santé des finances publiques depuis 4 mois

Le ministre des Finances Nicolas Kazadi
PAR Deskeco - 05 sep 2021 17:53, Dans Finances

Les finances publiques de la République démocratique du Congo sont au vert depuis que le gouvernement Sama Lukonde est en poste, ces quatre denier mois, avec comme argentier national le ministre des Finances Nicolas Kazadi. Les réserves de change culminent à plus de 1,7 milliards USD, soit plus du double avant l’avènement de l’actuel Exécutif national. Le compte du Trésor connait des excédents budgétaires quatre mois de suite.

Pourtant, ces faits attestant d’une orthodoxie budgétaire dans les finances publiques n’empêchent pas que des flèches empoisonnées soient dirigées contre l’argentier national à travers une avalanche des fakenews tant sur un présumé détournement des indemnités des membres des cabinets du gouvernement Ilunkamba que sur la priorité à accorder dans la gestion des dossiers provenant de la DTO (Direction du Trésor et Ordonnancement) ou encore sur le récent accord formel entre la RDC et le FMI.

Des éléments recueillis auprès des sources généralement bien informées dissipent tout malentendu sur tous ces dossiers au regard des éclaircissements ci-après :

Sur le présumé détournement des indemnités des membres des cabinets du gouvernement Ilunkamba

Les rémunérations comme les indemnités de sortie comprennent deux rubriques, notamment, le salaire proprement dit et le complément de salaire. La seconde partie a déjà été payée depuis le début du mois de juillet 2021. Cependant, la première, c'est-à-dire, le salaire proprement dit, se trouve encore à la chaine des dépenses, et n'a donc pas encore été transmise au Ministère des finances pour ordonnancement.

Sur l’accord formel avec le FMI

Il sied d’indiquer que la RDC est membre du FMI depuis 1963. Cette institution de Bretton Woods est le conseiller de tous les pays-membres en matière économique. Il accompagne les pays dans la mise en œuvre de leurs politiques économiques et il n’y a pas d’inconvénients de faire appel au FMI pour bénéficier davantage de ses conseils, surtout lorsque le Président de la République, Félix Tshisekedi, s’engage lui-même à activer la coopération structurelle avec toutes les organisations internationales et fait de la bonne gouvernance le socle de sa vision et son cheval de bataille.

Le Programme économique formel conclu entre la RDC et le FMI le 15 juillet 2021 est le programme du Gouvernement Congolais. Il s’inscrit dans ses priorités programmatiques. Il vise à maintenir la stabilité macroéconomique et à placer la RDC sur la voie d'une croissance durable et inclusive, centrée sur l’amélioration du capital physique et humain et sur une gouvernance solide. Bien plus, les réformes à moyen terme attendues du gouvernement porteront principalement sur l’accroissement de la mobilisation des recettes intérieures, la promotion des investissements notamment par le secteur privé pour favoriser une croissance durable et créatrice d’emplois, l’amélioration de la gouvernance et le renforcement du cadre de la politique monétaire. Au regard des objectifs de ce programme, les retombées attendues devraient être bénéfiques pour tous les congolais.

Au titre de ce programme triennal allant de juillet-2021 à juillet-2024, la RDC devra bénéficier d’une enveloppe globale de 1,52 milliard de USD, largement concessionnel avec un taux d’intérêt nul et sans risque sur la viabilité de la dette extérieure. Ces ressources, étant un appui à la balance des paiements, contribueront à l’augmentation du niveau des réserves internationales. Evaluées à 1,792 milliard de dollars américains au 30 juillet 2021, les réserves de change de la RDC devraient atteindre 3 milliards USD à la fin du programme avec le FMI, représentant trois mois d’importation des biens et services sur ressources propres du gouvernement. Ce, en vue de réduire la vulnérabilité extérieure et renforcer les acquis de la stabilité macroéconomique.

Ces 1,52 milliard USD du FMI n’alourdissent aucunement le stock de la dette de la RDC. La RDC fait partie des pays dont le taux d'endettement est le plus faible en Afrique, soit moins de 15% du PIB.

Sur le présumé privilège que l’argentier national accorderait aux expatriés aux dépens des Congolais dans l’octroi des marchés et paiement de DTO

Selon nos sources, ces allégations ne sont que de l'intox, voire de la manipulation politicienne. Ce n'est pas le ministre des finances qui prend les engagements pour octroyer des marchés publics concernant diverses provisions pour quel que besoin que ce soit. Mais, s'agissant des paiements, l’on peut aisément observer que la dette publique intérieure de la RDC est mieux remboursée ces 4 derniers alors que Nicolas Kazadi pilote le ministère des Finances.

Plus de déficit budgétaire

Tout aussi, depuis son arrivée au ministère des finances, les recettes de l'Etat à travers les régies financières ont connu une hausse continue, en induisant même l'augmentation des réserves de change à la BCC. Dans le cadre des opérations financières de l’Etat, les soldes du compte du trésor ont été à chaque fois excédentaire à fin avril 2021 (56,550 millions USD), fin mai 2021 (231,253 millions USD). En juin 2021, les recettes réalisées par les régies financières ont été de l’ordre de 454 millions USD sur des prévisions de 384 millions USD, soit un taux de réalisation de 129%. En août 2021, des recettes de l’ordre de 891,6 milliards de CDF ont été collectées sur la période (soit 445 millions USD), soit un taux de réalisation par rapport aux assignations budgétaires du mois de 129%. 

DESKECO

 
 

Articles similaires