Kin Elenda : le pari de la Banque mondiale de placer Kinshasa à l'avant-garde de la résilience climatique des mégapoles

Kinshasa
PAR Deskeco - 31 aoû 2021 07:05, Dans Analyses
  • La plus grande ville d'Afrique, Kinshasa, fait de la résilience au changement climatique une priorité absolue.
  • Le projet Kin Elenda de 500 millions de dollars améliorera l'accès aux infrastructures et aux services et aux opportunités socio-économiques pour les habitants de Kinshasa.
  • Le projet bénéficiera directement à 2 millions de personnes dans quatre quartiers de Kinshasa en fournissant des raccordements d'eau aux ménages, en réduisant l'exposition aux inondations et en développant des espaces verts urbains.

Comme beaucoup de mégalopoles du monde, Kinshasa fait face à de nombreux défis. Avec près de 15 millions d'habitants, la capitale de la République démocratique du Congo est connue pour ses embouteillages épiques, sa pauvreté généralisée, son électricité peu fiable, des décennies de confrontation violente et une vulnérabilité sous-jacente aux inondations, sécheresses et autres chocs climatiques. De plus, la pandémie de COVID-19 a affecté le bien-être de la population de Kinshasa sur le plan économique et sanitaire.

En cela, Kinshasa n'est pas unique. Parmi les plus de 30 mégapoles du monde comptant 10 millions d'habitants ou plus, bon nombre de ces mêmes problèmes sont urgents. La majorité de la population mondiale, 55%, vit dans des villes, et d'ici 2030, ce chiffre devrait atteindre plus de 60%. De plus, l'urbanisation rapide en Afrique subsaharienne entraînera une multiplication par trois de la population urbaine, qui passera de 441 millions en 2020 à 1,3 milliard d'ici 2050. En RDC, 45% de la population vit dans les villes, dont les trois quarts vivent dans des bidonvilles. En 2020, la population urbaine du pays a augmenté de 4,5%, indiquant que 1,5 million de nouveaux habitants arrivent chaque année dans ses villes.

Dans un avenir proche, Kinshasa, comme de nombreuses autres villes, devrait connaître des températures plus élevées, des précipitations et des inondations plus extrêmes et des sécheresses plus fréquentes, ce qui pourrait rendre les entreprises et l'industrie moins productives. Ces conditions changeantes sont susceptibles d'endommager les infrastructures avec des effets potentiellement catastrophiques, en particulier pour les petits agriculteurs et les citadins pauvres, avec des dommages amplifiés par une urbanisation rapide et mal planifiée.

Alors que la population augmente dans les zones urbaines de la RDC, en particulier à Kinshasa, et que le changement climatique s'intensifie, le besoin de solutions pratiques est clair. En relevant ces défis, Kinshasa peut être à l'avant-garde du mouvement vers des villes plus durables. 

Alors que la population augmente dans les zones urbaines de la RDC, en particulier à Kinshasa, et que le changement climatique s'intensifie, le besoin de solutions pratiques est clair.

 

Kinshasa durable et résiliente – améliorer la gestion urbaine

Le projet Kin Elenda de la Banque mondiale , qui signifie Kinshasa durable et résiliente, reconnaît le besoin urgent d'améliorer la capacité institutionnelle de gestion urbaine ainsi que l'accès aux infrastructures, aux services et aux opportunités socio-économiques dans la plus grande ville d'Afrique. Le projet de 500 millions de dollars sur cinq ans est financé à parts égales par des crédits et des subventions de l' Association internationale de développement et vise non seulement à s'attaquer aux infrastructures, mais à aider à rendre les communautés plus inclusives et résilientes.

Prévu pour débuter en 2022, le projet fait de la résilience au changement climatique une priorité absolue et a été mis en place avec une forte adhésion institutionnelle de divers niveaux de gouvernement et d'entités qui en bénéficieront, telles que les entreprises de services publics.

Les investissements de durabilité du projet Kin Elenda ciblent des sources de revenus spécifiques pour Kinshasa, en s'appuyant sur des projets existants. Les solutions à faible entretien sont une priorité : lampadaires solaires ; revêtements routiers et matériaux durables pour les routes, les allées, les murs et autres aménagements paysagers ; et les plantes indigènes qui ne nécessitent pas beaucoup d'eau. Les solutions technologiques pour l'approvisionnement en eau, la gestion des déchets solides et l'assainissement seront basées sur les besoins d'exploitation et d'entretien. Ces approches, combinées à des études sur la viabilité financière et le renforcement des capacités pertinentes, soutiendront la viabilité à long terme de ces services. Le projet soutiendra également l'amélioration de la planification urbaine et la génération de revenus, qui, à leur tour, contribueront à l'amélioration des services et de la gouvernance. 

Le projet de 500 millions de dollars sur cinq ans est financé à parts égales par des crédits et des subventions de l'Association internationale de développement et vise non seulement à s'attaquer aux infrastructures, mais à aider à rendre les communautés plus inclusives et résilientes. 

Des infrastructures urbaines résilientes sont essentielles

Le projet Kin Elenda de Kinshasa est l'un des nombreux projets qui soutiennent les villes africaines à croissance rapide pour renforcer leur résilience aux inondations et autres catastrophes tout en améliorant l'aménagement du territoire, les infrastructures urbaines, les services et la modernisation des établissements informels.

En Côte d'Ivoire, par exemple, le gouvernement travaille avec la Banque mondiale pour réduire l'empreinte carbone du système de gestion des déchets solides d'Abidjan et le rendre plus résilient.Le projet de 315 millions de dollars financé par l'IDA aidera à construire une nouvelle décharge technique et à optimiser les voies de transit des déchets.  

À Dar es Salaam, en Tanzanie, où 70 à 80 % des habitants vivent dans les zones les plus exposées aux inondations de la ville, des scientifiques citoyens et des drones ont été mobilisés pour améliorer la précision des cartes pédologiques et mieux guider la prise de décision urbaine. En utilisant cette approche, le programme de résilience urbaine de Tanzanie a mené une modélisation des inondations pour la ville à une fraction du coût et avec une plus grande précision que les enquêtes traditionnelles.

Worldbank.org/DESKECO

 
 

Articles similaires