RDC : les avocats du FPI accusent M. Kitangala d’escroquerie et alertent la ministre de la justice à se méfier de lui

Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 10 juin 2021 17:55, Dans Actualités

Les avocats du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) et de son Directeur Général Patrice Kitebi ont saisi, le 8 juin 2021 à travers une correspondance, la ministre de la Justice et Garde des Sceaux sur le comportement de M. Joseph Kitangala Kabala qui, à les en croire, s’illustre dans les allégations de nature à porter atteinte à l'honneur et la dignité du FPI et de son DG, à travers les réseaux sociaux.

« En effet, mes clients viennent d’apprendre, au travers des réseaux sociaux l’existence d’une lettre vous adressée par l’Avocat conseil de Monsieur Kitangala Kabala Joseph, du 04 juin 2021, dans laquelle il menace niaisement Madame le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Matete ainsi que le magistrat instructeur du dossier instruit sous RMP 17211/Pr023/03/MTD, de les traduire en justice tant devant les instances nationales qu’internationales », renseigne la lettre portant signature de Me. Carlos Ngwapitshi.

Les avocats du FPI appellent la ministre de la justice à se méfier de M. Joseph Kitangala Kabala.

« Je tiens à vous rassurer, Excellence Madame le Ministre qu’il s’agit d’un Monsieur qui veut escroquer de l’argent au FPI et qui veut se faire remarquer inutilement », poursuit la lettre.

En outre, ce cabinet d’avocat alerte la ministre de la justice que M. Joseph Kitangala Kabala n’a aucun lien avec le FPI. Sa démarche n’est pas logique, selon les avocats du FPI.

« Pour rappel, ce Monsieur qui se dit tantôt aviseur du FPI, tantôt lanceur d’alerte, est un ancien collaborateur du cabinet MBWENTSHANGOL qui était en contrat avec le FPI portant sur la formation du personnel, la revisitation du cadre réglementaire notamment le partenariat avec la DGDA, la redynamisation des procédures de recouvrement, le recours à certains produits non exploités par le FPI… en vue d’accroître les recettes de ce dernier. Dès lors, Monsieur Kitangala Joseph n’a donc aucun lien avec le FPI, si ce n’est avec son ancien employeur, le cabinet précité », peut-on lire dans cette lettre.

Rappelons que le DG Kitebi avait saisi en date du 14 mai 2019 le Parquet général de Kinshasa/Matete pour propos calomnieux diffamatoires, haineux et sans fondement visant à nuire à sa réputation et son honneur auprès des hautes autorités du pays et du public.

En date du 10 juin 2019 dans la cause enrôlée sous RMP 1149/PG.023 b/JMK, le Parquet General avait placé Kitangala sous le lien du Mandat d'Arrêt Provisoire et en date du 13 juin 2019 le Tribunal de Paix de Kinshasa/Matete avait confirmé sa détention préventive à la maison d'arrêt annexée à la prison centrale de makala pour dénonciation calomnieuse et diffamation prévue par les articles 74 et 76 du code pénal livre II.

Jordan MAYENIKINI

 

 
 

Articles similaires