RDC :le CNPAV affûte ses armes pour mener à bien sa campagne de redynamisation de la Cour des Comptes

Le CNPAV
PAR Deskeco - 13 nov 2020, Dans Actualités

La Campagne «Le Congo n’est pas à vendre » (CNPAV) a organisé une séance de travail ce vendredi 13 novembre à Kinshasa avec les journalistes, les activistes prodémocratie et les animateurs des organisations membres de cette plateforme sur les stratégies à mettre en place pour la redynamisation de la Cour des Comptes en République Démocratique du Congo. 

Au cours de cette séance, les échanges ont également porté sur le guide de vulgarisation mise en place par le CNPAV sur l’importance de la Cour des Comptes dans la lutte contre la corruption.

Le CNPAV ne cesse d’appeler le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi à s’impliquer pour organiser la prestation de serment des juges de la Cour des Comptes afin de permettre à cette institution de mieux fonctionner et de réaliser sa mission de contrôle des fonds publics.  

« La Cour des Comptes est composée de 61 magistrats. Parmi eux, plus de 50 n’ont jamais prêté serment. Comment voulez-vous que la Cour des comptes fonctionne si les magistrats n’ont pas encore prêté serment. Le président de cette institution est intérimaire depuis 13 ans. Or la nouvelle loi organique organisant la Cour des Comptes prévoit la nomination d’un Premier président, un Conseil Supérieur… Pour arriver à cela, le président de la République doit s’impliquer », a déclaré Florimond Muteba, PCA de l’ODEP, organisation membre du CNPAV.

A en croire ce dernier, la Cour des Comptes ressemble à une institution abandonnée. 

« Le bâtiment de la Cour des Comptes est un don de l’Union Européenne. Les meubles et équipements de cette institution ont été donné par un projet dénommé Profit-Congo. Quelques rapports de la Cour des Comptes sont financés par le PNUD. La RDC ne fait rien pour le bon fonctionnement de la Cour des Comptes », explique Florimond Muteba. 

Dans son speech au cours de cette séance de travail, il a notamment martelé sur le démarcage entre la Cour des Comptes et l’Inspection Générale des Finances (IGF). Pour le CNPAV, la lutte contre la corruption, leitmotiv du régime Tshisekedi, ne peut se faire que si la Cour des Comptes fonctionne convenablement.  

« Il faut déconcentrer la Cour des Comptes au niveau de provinces. Elle doit surveiller tout endroit où les fonds publics sont utilisés. L’inspection générale des Finances qui assure le contrôle administratif ne doit pas substituer la Cour des Comptes », a-t-il signifié. 

Jordan Mayenikini 

 
 

Articles similaires